Accueil » Droit de la Santé » Droit du Patient » Informations du Patient » Actualités

Article avocat Informations du Patient

Le code de la santé publique, en première ligne dans l’action des pouvoirs publics (II)

Par , Avocat - Modifié le 06-04-2020

En termes de codification, la numérotation des articles du chapitre Ier bis « Etat d’urgence sanitaire » inséré après le chapitre Ier du titre III du livre Ier de la troisième partie du code de la santé publique s’est trouvée confrontée à une problématique déjà connue.

 

Rappelons qu’il n’y a pas à proprement parler de bonne solution à la numérotation des articles d’un chapitre bis dans une codification qui opère par numérotation décimale, principe de numérotation adopté depuis le renouveau de la codification de 1989 (le1er chiffre renvoie à la partie, le 2ème au livre, le 3ème au titre et le 4ème au chapitre, les chiffres suivants après le tiret allant de 1 à x au sein de ce chapitre). De fait, un livre, un titre ou chapitre bis sont alors problématiques. Le code de la santé publique comporte un chapitre Ier (article L. 3131-1 à L 3131-11) et un chapitre II (L. 3132-1 à L. 3132-3). Le projet de loi prévoyait une numérotation pour le chapitre Ier bis allant de L. 3131-20 à L. 3131-28.  Respectant les principes de la numérotation décimale, elle introduisait un saut au sein de la numérotation continue des articles pour distinguer ceux relevant du chapitre Ier qui disposait encore d’une marge importante de -12 à -19, et ceux du chapitre I bis commençant à -20. Cette numérotation est exceptionnelle, mais a quelques précédents dans la codification opérée en 2004 dans le code de la santé publique des codes de déontologie des trois professions médicales. Ces codes réglementaires trouvent en effet leur base légale dans un seul et même article législatif de ce code, L. 4127-1, et leur codification devait changer le moins possible les habitudes des praticiens connaissant parfaitement le numéro de tel ou tel article de leur code de déontologie. C’est pourquoi le code de déontologie des médecins est numéroté de R 4127-1 à R 4127-112, celui des chirurgiens-dentistes de R 4127-201 à R 4127-284 et celui des sages-femmes de R 4127-301 à R 4127-367. Une numérotation analogue par paliers discontinus au sein d’un même chapitre a été adoptée en 2005 pour codifier les différents statuts des praticiens hospitaliers. La numérotation des articles du chapitre Ier bis, adoptée dans le projet de loi, a persisté jusqu’au texte adopté par la commission mixte paritaire et en dernière lecture par le Sénat. Le changement de numérotation apparaît, pour la première fois, dans le texte définitivement adopté par l’Assemblée nationale le 22 mars où les articles sont numérotés de L. 3131-12 à L. 3131-20, le premier article de ce chapitre I bis continuant la numérotation du dernier article du chapitre Ier, solution qui a des précédents, mais qui est problématique en cas d’ajouts d’articles dans le chapitre I.

Il convient aussi de noter la portée du changement radical de plan de la loi entre le projet de loi et le texte publié. Selon le compte rendu du Conseil des ministres du 18 mars 2020, le projet de loi comporte trois titres : le report du second tour des élections municipales, l’état d’urgence sanitaire, et les mesures d’urgence économique et d’adaptation à la lutte contre l’épidémie de Covid 19. En commission mixte paritaire, le Sénateur Alain Richard, par ailleurs membre de la Commission supérieure de codification, observait qu’il semblait logique que les dispositions relatives à l’urgence sanitaire apparaissent en tout premier lieu. Aussi bien, la loi débute-t-elle ainsi en affichant en premier sa dimension santé publique, ce qui est parfaitement justifié puisque les titres suivants interviennent aussi sur fond de catastrophe sanitaire.

Enfin, la loi comporte une dernière caractéristique importante en ce qu’elle relève d’une codification temporaire. En principe, les dispositions codifiées ont un caractère pérenne et les dispositions limitées dans un laps de temps court ne sont pas codifiées. Ici l’article 7 précise que le chapitre Ier bis du titre III du livre Ier de la troisième partie du code de la santé publique est applicable jusqu’au 1er avril 2021. Au-delà de cette date, le code comporterait donc toujours un tel chapitre, mais devenu inapplicable. Est-ce à dire qu’au-delà de cette date, nous n’aurions plus à redouter de pandémies et n’aurions plus besoin de dispositions d’exception pour y faire face ou que les pouvoirs publics ont déjà en vue une révision des dispositions en cause, soit pour les prolonger encore, voire les rendre pérennes, soit pour les modifier à l’aune de leur pertinence à faire face aux défis de notre temps ?

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Jean-pierre Patout

Maître Jean-pierre Patout

Avocat au Barreau de PARIS

  • Droit Public
  • - Droit de la Santé

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.



© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés