Les prescriptions en matière salariale sont courtes.

Il arrive souvent que le salarié en fin de carrière se rende compte non seulement qu'une partie de ses demandes sont prescrites mais de surcroît qu'il perd des droits à la retraite.

La Cour de Cassation admet dans ce cas que le salarié puisse faire une demande de dommages et intérêts.

Il s'agit alors d'une demande de dommages et intérêts pour la perte de la pension de retraite correspondant aux cotisations afférentes .

En effet, la prescription d'une action en responsabilité contractuelle ne court qu'à compter de la réalisation du dommage ou de la date à laquelle il est révélé à la victime si celle-ci établit qu'elle n'en avait pas eu précédemment connaissance.

Or le préjudice né de la perte des droits correspondant à des cotisations non versées ne devient certain qu'au moment où le salarié est en droit de prétendre à la liquidation de ses droits à pension.
Par Me Vercheyre Grard
Contact : carole.vercheyre-grard@avocat-conseil.fr
83 avenue FOCH 75116 Paris
Tél 0144051996

Source : Cass. Soc. 19 juin 2013, n°12-13684