Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit des Employeurs - Droit Social » Droit du Travail & Droit Social » Temps de travail » Organiser le temps de travail et les repos » Gérer la journée de solidarité » Actualités

Actualité Gérer la journée de solidarité

Journée de solidarité 2020 : 7 points à connaître

Par , Juriste Rédactrice web - Modifié le 28-02-2020

Journée de solidarité 2020 : 7 points à connaître

Comme tous les ans, les entreprises et leurs salariés ont l'obligation d'effectuer une journée de solidarité pour financer l'autonomie des personnes âgées et handicapées. Si dans beaucoup d'entreprises, la journée de solidarité sera effectuée le lundi de Pentecôte (1er juin 2020), vous êtes libre de décider qu'elle soit effectuée un autre jour. Quelles sont les modalités d'accomplissement de la journée de solidarité ?

1. Qu'est-ce que la journée de solidarité ?

C'est une journée destinée à financer des actions en faveur de l'autonomie des personnes âgées ou handicapées selon le Code du travail(1). Pour les salariés,cela consiste en une journée de travail supplémentaire non rémunérée.

0,30%Contribution solidarité autonomie

Pour les employeurs, elle se traduit par le versement de la contribution solidarité autonomie (CSA) (0,3% de la masse salariale due par l'employeur).

Tous les salariés français du secteur privé sont concernés. Les travailleurs indépendants non salariés ne sont pas concernés par la journée de solidarité.

2. Quel jour est la journée de solidarité ?

Suite à la loi du 16 avril 2008, les dispositions ont été modifiées, la référence au lundi de Pentecôte ayant disparue. Les modalités d'accomplissement de la journée de solidarité sont fixées par accord d'entreprise ou d'établissement ou, à défaut, par convention ou accord de branche (2).

Cet accord peut prévoir qu'elle sera effectuée :

  • soit un jour habituellement chômé, autre que le 1er mai ;
  • soit un jour de repos accordé au titre d'un accord relatif à l'aménagement du temps de travail ;
  • ou selon toute autre modalité permettant le travail de 7 heures supplémentaires.

À défaut de stipulation dans l'accord, c'est à vous employeur qu'il revient de définir les modalités d'accomplissement de cette journée (3).

1er juin 2020Lundi de Pentecôte

N'oubliez pas de consulter le comité social et économique(CSE), ou à défaut le comité d'entreprise.

Dans beaucoup d'entreprises, elle est fixée le lundi de Pentecôte qui cette année tombe le lundi 1er juin 2020.

3. Comment est payée la journée de solidarité ?

Pour les salariés à temps plein mensualisés, le travail accompli dans la limite de 7 heures, durant cette journée, n'est pas rémunéré (4).

Concrètement, soit ils perdent une journée de repos ou de RTT, soit ils travaillent 7 heures supplémentaires non rémunérées.

7H travailléesnon rémunérées

Pour les salariés à temps partiel, cette limite de 7 heures est réduite proportionnellement à la durée du travail prévue par leur contrat de travail (4).

📌 Exemple :

Pour un salarié à temps partiel dont la durée de travail est égale à 30 heures par semaine, la durée de travail consacrée à la journée de solidarité est de 6 heures (7 x 30) / 35.

Les heures correspondant à la journée de solidarité, dans la limite de 7 heures pour les salariés à temps plein mensualisés ou de la durée proportionnelle à la durée contractuelle pour les salariés à temps partiel, ne s'imputent ni sur le contingent annuel d'heures supplémentaires, ni sur le contingent annuel d'heures complémentaires (5).

Elles ne donnent pas non plus lieu à une contrepartie obligatoire sous forme de repos.

Pour les salariés dont la rémunération est calculée par référence à un nombre annuel de jours de travail (convention annuelle de forfait jours ou heures), cette limite correspond à la valeur d'une journée de travail (4).

Les salariés non mensualisés tels que les intérimaires sont eux aussi astreints à cette journée de solidarité mais ils seront rémunérés normalement pour le travail accompli durant cette journée (6).

💡 À retenir :

Pensez à mentionner l'accomplissement de la journée de solidarité sur le bulletin de paie de vos salariés afin de pouvoir attester que cette journée a bien été effectuée.

4. Est-il possible de fractionner en heures la journée de solidarité ?

Peu importe que la date de la journée de solidarité soit fixée par accord ou par l'employeur, il est tout à fait possible de fractionner la journée de solidarité en heures (7).

Le fractionnement doit être effectif et doit correspondre à un travail supplémentaire de 7 heures, une journée supplémentaire de travail par an pour un salarié à temps complet.

Veillez néanmoins à prévoir des modalités spécifiques pour les salariés soumis à une convention annuelle de forfait et ceux à temps partiel.

Cet article devrait également vous intéresser : chèque vacances, tout savoir

5. Le salarié peut-il prendre un jour de congés payés le jour fixé pour la journée de solidarité ?

Un salarié peut tout à fait vous demander à poser un jour de congé payé ou un jour de RTT afin de ne pas travailler la journée de solidarité. Libre à vous de donner votre accord.

En revanche, la journée de solidarité ne peut en aucun cas être accomplie par :

  • la suppression d'un jour de congé payé légal (8) ;
  • la suppression d'un jour de pont rémunéré prévu par un accord collectif (9) ;
  • la suppression d'une contrepartie obligatoire en repos ou d'un repos compensateur de remplacement (10) ;
  • le travail d'un dimanche (sauf entreprises bénéficiant d'un cas de dérogation au repos dominical) (6).

6. Le salarié peut-il refuser d'effectuer la journée de solidarité ?

Un salarié ne peut, en principe, pas refuser d'effectuer la journée de solidarité.

Vous avez la possibilité d'utiliser votre pouvoir disciplinaire pour sanctionner le salarié récalcitrant.

Néanmoins, les salariés à temps partiel ont la possibilité de refuser d'effectuer la journée de solidarité dès lors que la date choisie est incompatible avec des obligations familiales impérieuses, le suivi d'un enseignement scolaire ou supérieur ou une autre activité professionnelle (11). Leur refus ne constitue pas une faute ou un motif de licenciement.

Sachez que vous êtes également en droit d'opérer une retenue sur salaire en cas d'absence injustifiée du salarié lors de la journée de solidarité, lorsque celle-ci est fixée un jour férié précédemment chômé pour lequel le salarié aurait été rémunéré par l'effet de la mensualisation (12).

7. Le salarié qui change d'employeur en cours d'année doit-il 2 journées de solidarité?

Le salarié ne doit cotiser qu'une seule fois au titre de cette journée spéciale au cours d'une même année.

Ainsi, si l'un de vos salariés a déjà effectué une journée de solidarité au titre de l'année en cours chez son ancien employeur et qu'il doit s'acquitter d'une nouvelle journée de solidarité au sein de votre entreprise, les heures effectuées doivent lui être rémunérées.

Les heures travaillées s'imputent sur le contingent annuel d'heures supplémentaires ou complémentaires. Elles donnent également lieu à une contrepartie obligatoire sous forme de repos.

Toutefois, le salarié peut aussi, dans un tel cas, refuser d'exécuter cette journée, sans que cela ne constitue une faute ou un motif de licenciement. Vous ne pouvez donc pas le sanctionner.

Références :
(1) Article L3133-7 du Code du travail
(2) Article L3133-11 du Code du travail
(3) Article L3133-12 du Code du travail
(4) Article L3133-8 du Code du travail
(5) Article L3133-9 du Code du travail
(6) Circ. DRT n°2004-10 du 16 décembre 2004
(7) Circ. DRT n°14 du 22 novembre 2005
(8) Cass. Soc, 15 janvier 2014, n°11-19974
(9) Cass. Soc, 12 juin 2013, n°10-26175
(10) Circ. DRT, 20 avril 2005
(11) Circ. DRT, 20 avril 2005 et Article L3123-12 du Code du travail
(12) Circ. DRT, 20 avril 2005 et Cass. soc, 7 avril 2010, n°08-40658

Vous avez des questions sur le sujet Gérer la journée de solidarité ?

Posez-la à un expert Juritravail et obtenez une réponse sous 48h

Vous êtes...

  •  
  •  
  •  
  •  

Vos Réactions

  • Isalibb - Visiteur Le 19-12-2017 à 22:05

    J ai commencé mon contrat le 1 er décembre, dois je faire mon jour solidarité ?
  • RN10 - Visiteur Le 01-05-2018 à 23:05

    Bonjour ,je refuse catégoriquement de travailler "à l’œil"  journée de solidarité où pas! Il est hors de question de travailler gratuitement pour mon patron qui,lui et tous les autres se frottent les mains . (d'ailleurs il est au courant)  = tout travail mérite salaire il me semble ! Journée de solidarité qui est surtout la journée du racket organisée par ceux qui "soi-disant" gouvernent! 
  • Maddyhp Animateur Communautaire - Moderateur Le 24-05-2018 à 13:59

    Bonjour RN10,
    Et si vous participiez à une discussion sur nos forums ?
    Rubrique : Droit des salariés
    => suivez le lien
    https://www.juritravail.com/Forum/salaries-prive
    Bonne journée
  • Un travailleur génreux - Visiteur Le 04-06-2019 à 16:35

    Woa mais vous n'avez rien compris, vous avez lu l'article ? Vous retourner contre votre employeur parce qu'il ne vous paye pas ? Mais c'est la loi voyons ...c'est pas lui qui décide. Lui, il paye l'état, et vous, vous travaillez gratos pour que l'entrepise soit à l'équilibre. C'est quoi votre problème avec la solidarité ?
  • LEZARD44 - Visiteur Le 10-06-2019 à 17:09

    Je travaille 8h par jour.
    Depuis 10 ans, mon employeur nous faisait travailler 7h le lundi de Pentecôte mais cette année, il nous demande de travailler 8h car d'après lui, l'entreprise verse une contribution en fonction de la masse salariale payée (heures normales et heures supplémentaires comprises).

    Est ce normal? 

  • Etudiant contrat pro - Visiteur Le 11-07-2019 à 20:36

    Bonjour, Je suis etudiant alternant en contrat de professionnalisation en 35h. Pour la journee de solidarite mon employeur a imposé à tout salarie de poser un RTT le vendredi 31 mai. N’ayant pas de RTT mon employeur m’a retiré automatiquement 1 CP. Seulement compte tenu de la politique de mon entreprise , 1 CP posé un vendredi compte double ( soit 1cp posé le vendredi rajoute le CP du samedi) . Je me retrouve avec 2 CP automatiquement posé alors que mes collegues n’ont subit la perte que d’un seul RTT. Je me demande si c’est normal. Pouvez-vous m’aider à coprendre svp
  • Margot1902 - Visiteur Le 09-10-2019 à 13:46

    Bonjour, j'ai une petite question.
    Si mon employeur à oublié de me faire faire la journée de solidarité en 2018, peut-il la compenser sur l'année 2019 et me retirer des heures supplémentaires équivalentes à 2 journées de solidarité la même année (pour des heures supp effectué en 2019) ?
    Merci !
  • Maddyhp Animateur Communautaire - Moderateur Le 09-10-2019 à 15:56

    Bonjour Margot,

    Votre demande est assez particulière aussi je vais vous suggérer de poser  votre question sur les forums de Juritravail ici :
    >> https://www.juritravail.com/Forum/salaries-prive

    Bonne journée,
    Cordialement
  • Sel2901 - Visiteur Le 06-11-2019 à 16:03

    Bonjour, moi j'ai une question j'ai travailler le 10 Juine pour la journée de solidarité j'ai changer d'employeur la on me demande de retravailler le 11 Novembre car il il font la journée de solidarité en avance 2019 pour 2020. Est ce que c'est Possible
  • Maddyhp Animateur Communautaire - Moderateur Le 07-11-2019 à 10:37

    Bonjour Sel2901,

    La Rédaction vous précise dans son article la procédure à suivre en cas de changement d'employeur en cours d'année :
    "Le salarié qui change d'employeur en cours d'année doit-il 2 journées de solidarité?

    Le salarié ne doit cotiser qu'une seule fois au titre de cette journée spéciale au cours d'une même année.

    Ainsi, si l'un de vos salariés a déjà effectué une journée de solidarité au titre de l'année en cours chez son ancien employeur et qu'il doit s'acquitter d'une nouvelle journée de solidarité au sein de votre entreprise, les heures effectuées doivent lui être rémunérées.

    Les heures travaillées s'imputent sur le contingent annuel d'heures supplémentaires ou complémentaires. Elles donnent également lieu à une contrepartie obligatoire sous forme de repos.

    Toutefois, le salarié peut aussi, dans un tel cas, refuser d'exécuter cette journée, sans que cela ne constitue une faute ou un motif de licenciement. Vous ne pouvez donc pas le sanctionner."

    Retrouvez également ces précisions sur le service public :

    >> travail-emploi.gouv.frBonne lecture ^^

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.

Publicité