Accueil » Droit du Travail Salarié » Congés payés & spéciaux » Jours de repos : repos hebdomadaire & jours fériés. Quels sont vos droits ? » Actualités

Article avocat Jours de repos : repos hebdomadaire & jours fériés. Quels sont vos droits ?

Jour férié : les règles applicables

Par , Avocat - Modifié le 14-08-2015

L’année 2015 a permis à de nombreux salariés de bénéficier de « ponts » durant les périodes de jours fériés. A l’approche du week-end du 15 août, il est nécessaire de rappeler les principales règles applicables en la matière.

Le salarié doit-il travailler le jour férié ?

Sous réserve des dispositions spécifiques insérées dans les conventions collectives et celles du 1er mai en principe chômé en vertu de la loi dans la majorité des secteurs, l’employeur est en droit de faire travailler les salariés un jour férié.

Ainsi, le salarié qui refuserait de travailler un jour férié, non chômé dans son entreprise, se trouverait en situation d’absence injustifiée et l’employeur pourrait faire usage de son pouvoir disciplinaire.

Comment rémunérer le jour férié travaillé ?

Sauf à ce que le contrat de travail ou la convention collective prévoient des dispositions plus favorables, le salarié qui travaille un jour férié n’a, en principe, pas droit à une majoration de sa rémunération, ni à une contrepartie en jour de repos.

Qu’en est-il du jour férié chômé ?

Le Code du travail prévoit que lorsque le jour férié chômé tombe un jour habituellement travaillé, le salarié bénéficie d’un maintien intégral de sa rémunération, à condition de justifier d’une ancienneté minimum de trois mois dans l’entreprise.

A l’inverse, si le jour férié chômé tombe le jour de repos hebdomadaire du salarié, ce dernier ne bénéficie d’aucune indemnité spécifique. De même, l’employeur n’est pas tenu de lui accorder un jour de repos supplémentaire.

Certaines conventions collectives prévoient des règles plus favorables pour les salariés, il convient donc de s’y référer pour vérifier l’existence de dispositions spécifiques.

Qu’en est-il des salariés mineurs ?

Sauf dans certains secteurs particuliers (hôtellerie, restauration, boulangerie) le Code du travail prévoit une interdiction de faire travailler les jeunes de moins de 18 ans « les jours de fêtes reconnus par la loi ».

A défaut de respecter ces dispositions, l’employeur s’expose à des sanctions pénales.

 

Par Vincent Lemay

Avocat au Barreau de Bordeaux

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître vincent LEMAY

Maître vincent LEMAY

Avocat au Barreau de BORDEAUX

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par notre équipe de juristes et d'avocats, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.



30 000 professionnels MyBestPro disponibles sur :


© 2003 - 2019 JuriTravail tous droits réservés