Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit Public » Recours Administration » Juge Administratif / Procédure Administrative » Actualités

Article avocat Juge Administratif / Procédure Administrative

"JADE" jette une pierre dans la mare du contentieux public

Par , Avocat - Modifié le 05-12-2016

Le décret pour une « justice administrative de demain », dit décret « JADE » du 2 novembre 2016, portant modification du code de justice administrative, est paru au Journal officiel du 4 novembre dernier et entrera en vigueur le 1er janvier 2017.

Ce décret, qui reprend une partie des propositions faites par la Mission d’inspection des juridictions administratives dans son rapport de novembre 2015, comporte plusieurs évolutions procédurales dont notamment la suppression du 2ème alinéa de l’article R421-3 du Code de Justice Administrative (CJA).

Jusqu’à présent, le 1° de l’article R.421-3 du CJA prévoyait qu'en matière de plein contentieux seule l’intervention d’une décision expresse de rejet, contenant les voies et délais de recours contentieux, faisait courir le délai de recours de 2 mois.

L’abrogation par l’article 10 du décret « JADE » de cette règle supprime donc l’exigence d’une décision expresse de rejet pour faire courir le délai de recours en matière de plein contentieux.

Ainsi, à compter du 1er janvier prochain, en matière de plein contentieux, l’intéressé disposera d’un délai de deux mois à compter de l’intervention de la décision implicite de rejet pour introduire son recours à peine de forclusion.

Aucune tardiveté ne devrait toutefois pouvoir être opposée en l’absence d'accusé réception de la réclamation indiquant que cette dernière est susceptible de donner lieu à une décision implicite de rejet et en mentionnant les voies et délais de recours contentieux (article R.421-5 du CJA).

Il conviendra ainsi d’être particulièrement vigilent à compter du 1er janvier prochain sous peine de voir son recours rejeté par voie d'ordonnance pour cause de forclusion.

 

Par Maxence Marcel

Avocat au Barreau de Paris

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Maxence MARCEL

Maître Maxence MARCEL

Avocat au Barreau de PARIS

  • Droit de l'Immobilier et de la Construction
  • - Droit des étrangers : en France et à l'étranger
  • - Droit Public

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à côté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.