Accueil » Droit Public » Recours Administration » Juge Administratif / Procédure Administrative » Actualités

Article avocat Juge Administratif / Procédure Administrative

Licenciement d’un agent non titulaire protégé d’un établissement public de santé

Par , Avocat - Modifié le 19-10-2017

 

L’article L 2411-13 du Code du travail prévoit que le licenciement d'un représentant du personnel au comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail ne peut intervenir qu'après autorisation de l'inspecteur du travail.

 

Ces dispositions s’appliquent aux agents non titulaires des établissements publics de santé.  Les établissements de santé, sociaux et médico-sociaux mentionnés à l'article 2 de la loi n° 86-33 du 9 janvier 1986 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique hospitalière (ainsi que les groupements de coopération sanitaire de droit public) sont en effet expressément visés par l’article L 4111-1 du Code du travail (CE, 9 mai 2011, req. n°342863). A noter que les agents publics titulaires sont en revanche expressément exclus du champ d’application de cette obligation (article R 2411-1 du Code du travail).

 

Dans son arrêt du 5 juillet 2017, le Conseil d’Etat juge illégal le licenciement d’un agent non titulaire au motif que l’autorisation de l’inspecteur du travail n’était pas intervenue au préalable.

 

Dans cette affaire, un masseur-kinésithérapeute avait été recruté par un Centre hospitalier en contrat à durée indéterminée, puis licencié.

 

Le Conseil d’Etat énonce qu’ « en vertu des dispositions du code du travail, le licenciement des salariés légalement investis de fonctions représentatives, qui bénéficient d'une protection exceptionnelle dans l'intérêt de l'ensemble des travailleurs qu'ils représentent, ne peut intervenir que sur autorisation de l'inspecteur du travail ; que lorsqu'un établissement public de santé licencie un agent non titulaire placé dans une telle situation sans avoir sollicité cette autorisation, le licenciement présente un caractère illégal même s'il repose sur des motifs légaux ; que, dans une telle circonstance, l'absence de saisine de l'inspecteur du travail crée, à elle seule, pour l'agent licencié, un préjudice tenant à la méconnaissance de son statut protecteur ».

 

Il retient que le salarié protégé licencié sans autorisation de l'inspecteur du travail dispose au minimum d'un droit à réparation du préjudice lié à la méconnaissance de son statut protecteur.

 

 

Source:
CE, 5 juillet 2017, req. n°395350


Des questions sur le licenciement? 

N'hésitez pas à me contacter:
https://consultation.avocat.fr/avocat-lyon/helene-leleu-17235.html

Hélène LELEU Avocat
leleu@chanon-leleu.fr
06.47.11.80.34

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Hélène LELEU

Maître Hélène LELEU

Avocat au Barreau de LYON

  • Droit de l'Immobilier et de la Construction
  • - Droit Public
  • - Droit de l'Environnement

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par notre équipe de juristes et d'avocats, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.



30 000 professionnels MyBestPro disponibles sur :


© 2003 - 2019 JuriTravail tous droits réservés