Obtenir la transformation de son CDD en CDI : les causes de requalification, conséquences et indemnisation

L'absence de la date de conclusion du CDD et sa transmission tardive n’entraînent plus sa requalification en CDI


Par Adeline Huron, Avocat - Modifié le 19-01-2018 - Blog : Blog Cabinet Adeline Huron



Le Code du travail impose que le contrat à durée déterminée soit écrit et comporte la définition précise de son motif.  A défaut, le contrat est réputé être conclu à durée indéterminée.

 

Selon l'article L.1242-12, le contrat doit notamment mentionner  :

 

- Le nom et la qualification de la personne remplacée;

- La date mettant un terme au contrat;

- La durée minimale pour laquelle il est conclu si le terme est imprécis;

- La désignation du poste de travail;

- Le montant de la rémunération et ses composantes;

- La convention collective applicable;

- La durée de la période d'essai si elle est imposée;

- Les coordonnées de la caisse de retraite complémentaire et de l'organisme de prévoyance.

 

Dans un arrêt du 20 décembre 2017 (n°16-25251), la Cour de cassation retient que l'absence de la date de conclusion du contrat, ne figure pas parmi les mentions obligatoires citées dans l'article L.1242-12 du Code du travail et qu'à ce titre, elle ne permet pas d'obtenir la requalification en contrat à durée indéterminée.  

 

L'argument du demandeur reposait sur le fait que le défaut de la date de la conclusion du contrat empêche l'employeur de prouver qu'il a respecté son obligation de transmettre le contrat dans les deux jours qui suivent l'embauche.

 

Or, la transmission tardive du contrat de travail équivaut à une absence d'écrit entraînant la requalification du contrat précaire en contrat à durée indéterminée.

 

La Cour de cassation ne fait pas droit à cet argumentaire. La solution est peut être influencée par les Ordonnances Macron qui ont modifié l'article L.1245-1 qui prévoit désormais que la méconnaissance de l'obligation de transmission du contrat dans un délai de deux jours ne saurait, à elle seule, entraîner la requalification du contrat.

 

Ce manquement ouvre désormais simplement droit à une indemnité, pour le salarié, qui ne peut pas être supérieure à un mois de salaire

À propos de l’auteur

Commenter cet article

Pour commenter cet actualité, veuillez vous connecter.

Votre message a bien été enregistré.
Vous ne pouvez pas ajouter un nouveau commentaire. Un intervalle de 30 minutes est nécessaire entre chaque commentaire pour éviter les spams.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont destinées à Juritravail aux fins de traitement de votre demande et la réception d'information juridique par email. Elles font l’objet d’un traitement informatique destiné au service marketing de Juritravail.

Pour connaître et exercer vos droits, notamment de retrait de consentement à l'utilisation de vos Données, veuillez consulter notre Charte de protection des Données Personnelles et nous contacter à l'adresse suivante : [email protected].

loader Juritravail