La solidarité nationale, à travers l’ONIAM et après avis de
la CCIAM (ancienne CRCI) permet aux patients victimes d’un dommage non
imputable à une faute médicale d’obtenir la réparation de son préjudice.

 

Cette réparation est notamment conditionnée à la présence d’un
accident médical dont les préjudices ont eu des conséquences anormales au
regard de son état de santé.

 

Cette anormalité est caractérisée dans deux situations :         

  • Lorsque l’acte médical a entraîné des conséquences

notablement plus graves que celles auxquelles le patient était exposé de
manière suffisamment probable ;         

  • Lorsque les conséquences de l’acte médical ne sont pas notablement

plus graves mais que la survenance du dommage présentait une probabilité
faible.

 

Par Guillaume Collart

Avocat au barreau de Le Mans

À propos de l’auteur

Commenter cet article

Pour commenter cet actualité, veuillez vous connecter.

Votre message a bien été enregistré.
Vous ne pouvez pas ajouter un nouveau commentaire. Un intervalle de 30 minutes est nécessaire entre chaque commentaire pour éviter les spams.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont destinées à Juritravail aux fins de traitement de votre demande et la réception d'information juridique par email. Elles font l’objet d’un traitement informatique destiné au service marketing de Juritravail.

Pour connaître et exercer vos droits, notamment de retrait de consentement à l'utilisation de vos Données, veuillez consulter notre Charte de protection des Données Personnelles et nous contacter à l'adresse suivante : [email protected].

loader Juritravail