La Cour d'Appel de Versailles vient de rendre deux arrêts intéressants à l'égard de salariés ayant utilisé un langage fleuri à l'égard de leur supérieur.(Cour d'appel de Versailles 15ème chambre Audience publique du mercredi 7 septembre 2011 N° de RG: 10/02698 ; Cour d'appel de Versailles 15ème chambre Audience publique du mercredi 7 septembre 2011 N° de RG: 10/05356 )

Ces deux décisions, l'une en faveur du salarié , l'autre en faveur de l'employeur rappellent qu'en cas d'injure proférée par le salarié à son employeur, la faute n'est pas systématiquement sanctionnable par un licenciement.

Le contexte dans lequel intervient la ou les insultes proférées ainsi que l'ancienneté du salarié dans ses fonctions et son attitude antérieure doivent être pris en compte pour apprécier la proportionnalité entre la faute commise par le salarié et la sanction prononcée.

-->Ainsi dans l'affaire N° de RG: 10/05356 , la Cour d'Appel a jugé sans cause réelle et sérieuse le licenciement d'un salarié, qui avait pourtant insulté son supérieur hiérarchique en ces termes : "" Pour moi t'es rien t'es une merde " et avait déjà fait l'objet d'un avertissement antérieur pour des faits similaires survenus.

La Cour d'Appel justifie sa décision en ces termes :

"Considérant cependant qu'il résulte de l'attestation régulière en la forme de Monsieur D..., son ancien supérieur hiérarchique que durant toute la période où il avait travaillé avec Monsieur Idriss X... du 25 mai 2009 au 28 janvier 2010 il n'avait jamais eu aucune difficulté avec ce dernier qui était " compétent et assidu à son poste de travail " ; il précisait : " tous les travaux que je lui ai confié ont toujours été accompli avec succès. En huit mois, il a cumulé environ 300 heures supplémentaires qui ont toujours été récupérées. Cela m'a confirmé son abnégation et sa solidarité envers tous ses collègues " ;

Qu'il apparaît dès lors qu'il existait un problème relationnel avec Monsieur Z... ; que certes Monsieur Idriss X... a commis le 5 mai 2010 une faute disciplinaire incontestable, qu'il devait être sanctionné, que néanmoins compte tenu des circonstances le licenciement pour cause réelle et sérieuse était excessif, une sanction de moindre importance pouvant être utilisée telle qu'une suspension temporaire du contrat de travail, le salarié ayant déjà eu un avertissement ; ce qui aurait eu l'avantage de laisser une chance à ce salarié de se reprendre sous le regard vigilant de son employeur ."

Que le jugement sera en conséquence confirmé en ce qu'il a dit le licenciement litigieux sans cause réelle et sérieuse. "

-->A contrario dans l'affaire N° de RG: 10/02698 , la Cour d'Appel a estimé que le licenciement disciplinaire pour faute grave du salarié injurieux était justifié en appuyant sa motivation sur l'attendu suivant:

"Considérant qu'en l'espèce les propos tenus a ses supérieurs hiérarchiques, Monsieur Z... et Monsieur Arnaud C..., tels qu'" enculé " ne pensant qu'a " enculer " ses collaborateurs ou " quant je ne serai plus dans l'entreprise cela se passera différemment " qui ne sont pas vraiment contestés, démontrent une violence du salarié qui ne peut être toléré par un employeur, que venant s'ajouter au comportement antérieur et récurrent de Monsieur Mickael Y... ; il est suffisamment établi que le maintien dans l'entreprise de ce dernier était impossible y compris pendant la période de préavis ."

En résumé, un écart de langage est certes sanctionnable mais pas toujours par un licenciement.

contact: [email protected] - 83 avenue FOCH 75116 Paris - tél 0144051996
Source