Lorsqu'un salarié est victime d'un accident de travail résultant d'une faute inexcusable de l'employeur, il bénéficie de deux recours parallèles.

- Le premier consiste à obtenir une juste indemnisation des préjudices résultant de la faute inexcusable de l'employeur.

La juridiction compétente est alors le Tribunal des affaires de sécurité sociale qui devra se prononcer sur l'existence ou non de la faute inexcusable de l'employeur et les conséquences tant à l'égard de la rente versée que l'indemnisation des préjudices s'en résultant.

 - La deuxième procédure a souvent lieu devant le Conseil de Prud'hommes pour solliciter des dommages et intérêts liés à la rupture du contrat de travail pour l'inaptitude résultant de l'accident de travail.

 Une transaction est-elle possible avec l'employeur sur les deux recours ?

La Cour de Cassation considère que la transaction, si elle peut faire cesser le litige prud'homal ne saurait en aucun cas mettre un terme au litige sur la qualification de la faute inexcusable et des dommages et intérêts y résultant.

En effet, la Cour de Cassation, 2ème chambre civile du 1er juin 2011 n° 10-20178, a annulé une transaction par laquelle le salarié avait accepté de renoncer à agir en responsabilité à l'égard de son employeur sur le fondement de la faute inexcusable.

En effet, en application de l'article L.482-4 du Code de la Sécurité Sociale, toute convention contraire aux dispositions relatives aux accidents de travail et aux maladies professionnelles est nulles de plein droit, ce qui empêche le salarié et l'employeur de régler à l'amiable les conséquences d'un accident de travail en dehors du cadre légal.

Source