Gérer les absences injustifiées du salarié

La mise au placard d'un salarié, dépossédé d'une part essentielle de ses prérogatives, peut justifier la prise d'acte de la rupture du contrat aux torts de l'employeur


Par Thierry Caron, Avocat - Modifié le 28-03-2018 - Blog : Blog Maitre Thierry Caron

La prise d'acte de la rupture du contrat de travail peut être justifiée par des "méthodes nouvellement adoptées" par l'employeur et affectant le contenu du poste occupé par le salarié. 
La prise d'acte de la rupture du contrat de travail est un mode de cessation du contrat de travail méconnu, qui peut s'avérer autant efficace pour le salarié qu'il peut avoir un effet dévastateur pour l'employeur.

Ainsi, le salarié qui prend acte de la rupture du contrat pour des faits qu'il reproche à son employeur peut saisir, sous conditions, le Conseil de Prud'hommes afin qu'il statue dans des délais courts sur les conséquences de cette rupture.

"Lorsque le conseil de prud'hommes est saisi d'une demande de qualification de la rupture du contrat de travail à l'initiative du salarié en raison de faits que celui-ci reproche à son employeur, l'affaire est directement portée devant le bureau de jugement, qui doit statuer dans un délai d'un mois suivant sa saisine".

Si les juges estiment que les griefs invoqués par le salarié sont justifiés, la prise d'acte produira les effets d'un licenciement sans cause réelle et sérieuse et ouvrira droit à indemnisation.

Dans le cas contraire, elle produit les effets d'une démission.

Ce principe, de création purement jurisprudentielle, est source d'illustrations régulières.

Ainsi, peuvent justifier une prise d'acte :
  • la discrimination ou le harcèlement commis par l'employeur ;
  • le non-paiement de tout ou partie du salaire ;
  • le défaut d'organisation des visites médicales obligatoires ; 
  • le non-respect du droit au repos hebdomadaire ;
  • etc.
Peut également justifier une rupture du contrat aux torts de l'employeur, la modification des conditions d'exécution du contrat de travail sans l'accord du salarié. C'est ce qu'a rappelé le 7 mars 2018 la Chambre sociale de la Cour de cassation, qui conclut ainsi que :

"La cour d'appel ayant relevé que les méthodes nouvellement adoptées par la société avaient impliqué une modification profonde de l'exécution du contrat de travail, dépossédant le salarié d'une part essentielle de ses prérogatives, a pu décider que l'employeur avait manqué de loyauté et que ce manquement était suffisamment grave pour justifier la prise d'acte de la rupture à ses torts".

Autrement dit, même si le statut du salarié, sa rémunération et ses horaires restent inchangés, un changement substantiel du contenu du poste, en clair, une mise au placard, peut justifier de la part d'un salarié une prise d'acte...
Sources : 
Chambre sociale de la Cour de cassation, 7 mars 2018, n°15-27458
Article L.1451-1 du Code du travail

À propos de l’auteur

Commenter cet article

Pour commenter cet actualité, veuillez vous connecter.

Votre message a bien été enregistré.
Vous ne pouvez pas ajouter un nouveau commentaire. Un intervalle de 30 minutes est nécessaire entre chaque commentaire pour éviter les spams.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont destinées à Juritravail aux fins de traitement de votre demande et la réception d'information juridique par email. Elles font l’objet d’un traitement informatique destiné au service marketing de Juritravail.

Pour connaître et exercer vos droits, notamment de retrait de consentement à l'utilisation de vos Données, veuillez consulter notre Charte de protection des Données Personnelles et nous contacter à l'adresse suivante : [email protected].

loader Juritravail