L'AVIS DES JUGES URSSAF : contrôle, inspection & redressement, comment faire face ?

La prime pour les heures sup’ peut être la corde qui vous pend au poteau du travail dissimulé !


Par Rédaction Juritravail - Modifié le 13-06-2014

La prime pour les heures sup’ peut être la corde qui vous pend au poteau du travail dissimulé !

Lorsque l'employeur verse au salarié une prime en contrepartie des heures accomplies au-delà la durée légale de travail, il doit mentionner les heures correspondantes sur le bulletin de salaire sinon il s'expose aux foudres du travail dissimulé.

Dans cette affaire, une société de conseil en communication a embauché une salariée en qualité d'infographiste. Durant la période travaillée, l'accomplissement d'heures supplémentaires par la salariée avait donné lieu au versement de plusieurs primes.

Après avoir été licenciée sur le fondement d'une faute grave la salariée a saisi la juridiction prud'homale afin d'obtenir le versement d'une indemnité pour travail dissimulé.

La Cour d'appel a condamné l'employeur au paiement d'une indemnité au titre du travail dissimulé, ce que ce dernier conteste. L'employeur soutient que l'existence d'un nombre d'heures mentionné sur le bulletin de salaire, inférieur au nombre d'heures réellement effectué ne peut constituer un travail dissimulé lorsque l'intention de cette dissimulation n'est pas démontrée.

La Cour de cassation s'approprie la solution des juges d'appel et retient que l'employeur ne contestait pas avoir réglé les heures supplémentaires sous forme de primes avant d'en déduire le caractère intentionnel de cette dissimulation.

Ce qu'il faut retenir : le fait d'inscrire sur le bulletin de paie un nombre d'heures accomplies par le salarié inexact caractérise le non-respect des règles relatif au travail dissimulé si :

  • le nombre d'heures renseigné sur le bulletin est inférieur au nombre d'heures de travail effectivement réalisées,
  • l'intention de l'employeur de se soustraire à l'obligation d'effectuer les déclarations des heures de travail accomplies est caractérisée (article L8221-5 du Code du travail).

A travers cette décision, les hauts magistrats considèrent que l'intention peut résulter de la mention d'une rémunération sous forme de primes versées en contrepartie d'heures supplémentaires dès lors qu'il existe un décalage entre les heures payées et celles indiquées sur le bulletin de salaire.

Le salarié peut réclamer une indemnité pour travail dissimulé lorsque certaines de ses heures ne figurent pas sur son bulletin de paie.

Référence : Cass. Soc. 21 mai 2014, n°13-16231

Commenter cet article

Pour commenter cet actualité, veuillez vous connecter.

Votre message a bien été enregistré.
Vous ne pouvez pas ajouter un nouveau commentaire. Un intervalle de 30 minutes est nécessaire entre chaque commentaire pour éviter les spams.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont destinées à Juritravail aux fins de traitement de votre demande et la réception d'information juridique par email. Elles font l’objet d’un traitement informatique destiné au service marketing de Juritravail.

Pour connaître et exercer vos droits, notamment de retrait de consentement à l'utilisation de vos Données, veuillez consulter notre Charte de protection des Données Personnelles et nous contacter à l'adresse suivante : [email protected].

loader Juritravail