La résidence alternée a fait couler beaucoup d'encre et continuera encore à faire parler d'elle.

Outre le jeune âge des enfants souvent mis en exergue pour la refuser, le juge retient très souvent le défaut de communication entre les parents pour revenir à un mode de résidence principale chez l'un des parents.

Dans une récente décision le juge a excipé d'une des très nombreuses attestations versées aux débats par le père, une phrase, totalement sortie du contexte du document, pour affirmer que "l'image de la mère était ternie au domicile du père". Et refuser l'alternance.

Solution facile? Porte ouverte à tous les excès? mais surtout occasion rêvée pour ne pas avoir à motiver une alternance alors que les capacités éducatives de chaque parent ne sont pas remises en cause.

La "morale" de ce dossier doit inciter les parties à se montrer très prudent sur le contenu des témoignages remis au juge: ils doivent rester objectifs, neutres et se contenter de rapporter une situation de fait réelle et sans commentaire.
Source