Dans cette affaire, l’employeur estimait que le salarié avait fait une fausse déclaration d’accident du travail le 12 janvier, qu’il s’agissait d’une faute justifiant selon lui l’engagement d’une procédure de licenciement le 22 mars.

Pourtant, dès le 14 mars, le salarié avait été déclaré par le médecin du travail inapte à son poste, en une seule visite.

Or, à partir du moment où le salarié est déclaré inapte, cet avis s’impose à l’employeur.

La seule rupture possible du contrat de travail pour l’employeur est le licenciement pour inaptitude suite à impossibilité de reclassement.

Il ne peut pas engager une procédure disciplinaire, que l’inaptitude soit d’origine professionnelle ou non professionnelle.

L’affaire a été renvoyée par la Cour de cassation devant une Cour d’appel, devant qui l’employeur risque d’être condamné à verser au salarié des dommages et intérêts au titre du licenciement et des indemnités de rupture, l’inaptitude ne privant pas le salarié de son indemnité de licenciement, contrairement à un licenciement pour faute grave.

Source :
Cour de Cassation, chambre sociale, 20 décembre 2017, n° 16-14983 FSPB

À propos de l’auteur

Commenter cet article

Pour commenter cet actualité, veuillez vous connecter.

Votre message a bien été enregistré.
Vous ne pouvez pas ajouter un nouveau commentaire. Un intervalle de 30 minutes est nécessaire entre chaque commentaire pour éviter les spams.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont destinées à Juritravail aux fins de traitement de votre demande et la réception d'information juridique par email. Elles font l’objet d’un traitement informatique destiné au service marketing de Juritravail.

Pour connaître et exercer vos droits, notamment de retrait de consentement à l'utilisation de vos Données, veuillez consulter notre Charte de protection des Données Personnelles et nous contacter à l'adresse suivante : [email protected].

loader Juritravail