Par principe, les pauses n'ont pas à être rémunérées, puisqu'elles ne constituent un temps de travail effectif.

 

L'article L. 3121-2, alinéa 2 du Code du travail prévoit néanmoins que même s'ils ne sont pas reconnus comme du temps de travail effectif, les temps de restauration et de pause peuvent faire l'objet d'une rémunération prévue par une convention ou un accord collectif de travail ou par le contrat de travail.

 

Il convient donc de vérifier par prudence si la convention collective, un accord collectif ou le contrat de travail imposent la rémunération des temps de pause.

 

Enfin, il convient de rappeler que le temps de pause doit être rémunéré si le salarié reste à la disposition de l'employeur et doit se conformer à ses directives sans pouvoir vaquer librement à des occupations personnelles.

 

En effet, dans ce cas, le temps de pause est assimilé à du temps de travail effectif.

 

À propos de l’auteur

Commenter cet article

Pour commenter cet actualité, veuillez vous connecter.

Votre message a bien été enregistré.
Vous ne pouvez pas ajouter un nouveau commentaire. Un intervalle de 30 minutes est nécessaire entre chaque commentaire pour éviter les spams.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont destinées à Juritravail aux fins de traitement de votre demande et la réception d'information juridique par email. Elles font l’objet d’un traitement informatique destiné au service marketing de Juritravail.

Pour connaître et exercer vos droits, notamment de retrait de consentement à l'utilisation de vos Données, veuillez consulter notre Charte de protection des Données Personnelles et nous contacter à l'adresse suivante : [email protected].

loader Juritravail