Accueil » Droit des Employeurs - Droit Social » Droit du Travail & Droit Social » Licencier un salarié : procédure, coûts pour l'entreprise » Licencier pour Motif Personnel » Quel licenciement choisir ? Trouvez le bon motif ! » Licenciement pour inaptitude : procédure & lettre pour licencier » Actualités

Article avocat Licenciement pour inaptitude : procédure & lettre pour licencier

Licenciement pour inaptitude professionnelle : l’état du salarié peut dispenser l’employeur de son obligation de reclassement

Par , Avocat - Modifié le 18-09-2015

L’article 26 de la loi n° 2015-994 du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l'emploi a modifié l’article L. 1226-2 du Code du travail, permettant à l’employeur de procéder au licenciement pour inaptitude professionnelle du salarié si son maintien dans l'entreprise est gravement préjudiciable à sa santé.

Selon l’article L. 1226-12, alinéa 2 du Code du travail : « L'employeur ne peut rompre le contrat de travail que s'il justifie soit de son impossibilité de proposer un emploi dans les conditions prévues à l'article L. 1226-10, soit du refus par le salarié de l'emploi proposé dans ces conditions. Il peut également rompre le contrat de travail si l'avis du médecin du travail mentionne expressément que tout maintien du salarié dans l'entreprise serait gravement préjudiciable à sa santé. »

Tel que le texte est rédigé, il permet à l’employeur de procéder au licenciement pour inaptitude du salarié sans recherche de reclassement.

Une condition préalable à un tel licenciement est cependant exigée : tout maintien du salarié dans l'entreprise doit être gravement préjudiciable à sa santé.

Bien entendu, cette situation doit être expressément mentionnée sur l’avis d’inaptitude pour libérer valablement l’employeur de son obligation de reclassement.

Par ailleurs, l’article L. 1226-2 du Code du travail vise uniquement le cas de l’inaptitude consécutive à un accident du travail ou à une maladie professionnelle.

En effet, les textes relatifs à l’inaptitude non professionnelle n’ont pas été modifiés par la loi n° 2015-994 du 17 août 2015.

L’employeur doit donc être particulièrement vigilant lorsqu’il envisage le licenciement du salarié pour inaptitude non professionnelle.

Dans une telle hypothèse, une recherche préalable de reclassement semble s’imposer, à défaut de base légale autorisant la solution inverse.

En effet, tant que la jurisprudence n’aura pas éclairé les nouvelles dispositions légales, la plus grande prudence s’impose.

Par Me Xavier Berjot

Avocat au Barreau de Paris

Pour aller plus loin


Maître Xavier Berjot

Maître Xavier Berjot

Avocat au Barreau de PARIS

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par notre équipe de juristes et d'avocats, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.



30 000 professionnels MyBestPro disponibles sur :


© 2003 - 2019 JuriTravail tous droits réservés