Accueil » Droit du Travail Salarié » Licenciement & Rupture conventionnelle » Licenciement : Motifs et Procédures » Licenciement pour Motif Personnel » Licenciement hors faute grave et lourde » Actualités

Article avocat Licenciement hors faute grave et lourde

La faute lourde est caractérisée par l’intention de nuire du salarié

Par , Avocat - Modifié le 28-02-2017

Le fait de critiquer la politique de tarifs de son employeur auprès des clients de l’entreprise ne caractérise pas une faute lourde, notamment si l’intention de nuire du salarié n’est pas prouvée par l’employeur.

 

L’arrêt du 8 février 2017 est l’occasion pour la Cour de Cassation de refaire le point sur le régime juridique de la faute lourde (Cass. Soc. 08.02.2017 : n°15-21064).

 

 

Les différents types de fautes du salarié

 

Un salarié peut se voir reprocher une faute, qualifiée, selon sa gravité de faute :

 

-légère ;

-simple ;

-grave ;

-lourde.

 

Il existe donc une hiérarchie de faute, chacune ayant des incidences différentes sur le contrat de travail et le droit des salariés.

 

Ainsi, une faute peut, selon les circonstances, constituer une faute légère, une faute simple, une faute grave ou une faute lourde, compte tenu notamment de la position hiérarchique du salarié, de ses antécédents, de ses responsabilités et des conséquences dommageables ou non pour l’entreprise.

 

La qualification de la faute revient entièrement à l’employeur sous réserve, en cas de contentieux, du contrôle du juge. Dans ce cas, l’employeur doit pouvoir démontrer que les agissements du salarié étaient effectivement fautifs.

 

L’employeur doit individualiser la sanction.

 

Ainsi, des salariés ayant participé à une même faute peuvent être sanctionnés différemment sans que cela constitue une discrimination au sens de la loi (Cass. soc. 01.02.1995, n°91-44908).

La gravité de la faute commise doit donc être appréciée en fonction d’éléments objectifs tenant au salarié, lesquels peuvent l’atténuer ou l’aggraver.

 

La faute légère du salarié ne constitue pas une cause réelle et sérieuse de licenciement. Il peut s’agir, par exemple, de retards occasionnels ou d’un oubli ponctuel de pointage, à savoir des négligences professionnelles isolées ou sans conséquence sérieuse.

 

Les fautes légères peuvent justifier des simplement des sanctions disciplinaires comme un avertissement par exemple.

 

Une faute simple (à savoir, ni grave, ni lourde) peut constituer une cause réelle et sérieuse de licenciement.

 

La faute grave résulte d’un fait ou d’un ensemble de faits imputables au salarié qui constituent une violation des obligations découlant du contrat de travail ou des relations de travail d’une importance telle qu’elle rend impossible le maintien de l’intéressé dans l’entreprise et peut justifier une mise à pied conservatoire (Cass. soc. 27 septembre 2007, n°06-43867 ; Cass. soc. 10 novembre 2010, n°09-42077).

 

Si, prises isolément, certaines fautes commises par un salarié ne sont pas graves, elles peuvent le devenir par réitération ou accumulation (Cass. soc. 21 octobre 2009, n°08-43219).

 

Le cas de la faute lourde

 

La faute lourde, qui est la plus grave dans la hiérarchie des fautes contractuelles ou disciplinaires, sanctionne un comportement d’une exceptionnelle gravité révélant une intention de nuire à l’employeur ou à l’entreprise.

 

En cas de contentieux, la faute lourde ne doit pas seulement être alléguée, mais elle doit être prouvée par l’employeur (si un doute subsiste, il profite au salarié).

 

La gravité des faits commis ne suffit pas à la caractériser, ni même le préjudice qui en est résulté.

 

La faute lourde et la preuve de l’intention du salarié de nuire aux intérêts de l’employeur

 

Le critère principal et obligatoire pour caractériser la faute lourde d’un salarié est celui de l’intention du salarié de nuire à son employeur.

 

La faute lourde est bien caractérisée par cette intention malveillante de nuire, qui implique la volonté incontestable du salarié de porter préjudice à l’entreprise dans la commission du fait fautif.

 

Cette intention de nuire ne résulte pas de la simple commission d’un acte préjudiciable à l’entreprise  (ex. : le seul fait d’avoir détourné une somme de 60000  revenant à l’entreprise sur son compte personnel ne caractérise pas d’intention de nuire) (Cass. soc. 22 octobre 2015 : n°14-11291 ; Cass. soc. 22 octobre 2015 : n°14-11801).

 

En cas de contentieux relatif à un licenciement pour faute lourde, toute la difficulté pour l’employeur est de prouver l’intention qu’avait le salarié de lui nuire. Il ne peut pas se contenter de faire état de la gravité des faits qu’il lui reproche, au risque d’être débouté dans le cadre de la procédure contentieuse prud’homale.

 

C’est très précisément à cette difficulté que s’est heurté l’employeur dans l’arrêt du 8 février 2017 (Cass. Soc. 08.02.2017 : n°15-21064).

 

En l’espèce, un salarié occupant les fonctions de directeur d’agence d’une société fiduciaire nationale d'expertise comptable a été licencié pour faute lourde.

 

Son employeur lui reprochait, au lieu de remplir son obligation contractuelle d'information, d’avoir tenu devant les clients de son employeur des propos contraires aux intérêts de celui-ci en remettant en question le bien-fondé de sa politique tarifaire.

 

Pour l’employeur, le salarié avait fait preuve de déloyauté à son égard en le plaçant en situation de porte-à-faux vis-à-vis de plusieurs de ses clients sur l'un des éléments essentiels de la relation contractuelle à savoir le prix de la prestation.

 

En outre compte tenu de son niveau de responsabilité (directeur d'agence) et de sa qualification (expert-comptable), l'auteur de ces propos dénigrant la politique tarifaire de la société devant la clientèle ne pouvait ignorer leur impact et leur caractère préjudiciable et que ces agissements caractérisent l'intention de nuire à l'employeur.

 

Pour l’employeur, l’intention de nuire découlait de la seule gravité des faits et il estimait que la preuve en était rapportée.

 

Ce n’est pas l’avis de la Cour de Cassation qui rappelle, au visa de l’article L3141-26 du code du travail, que la faute lourde est caractérisée par l'intention de nuire à l'employeur, laquelle implique la volonté du salarié de lui porter préjudice dans la commission du fait fautif et ne résulte pas de la seule commission d'un acte préjudiciable à l'entreprise.

 

Mais la faute grave était bien établie puisqu’elle ne porte que sur la gravité des faits et le préjudice de l’employeur.

 

 

Sources :

 

Cour de cassation, chambre sociale, arrêt du 8 février 2017 : RG n°15-21064

Cour de Cassation, chambre sociale, arrêt du 27 septembre 2007 : RG n°06-43867

Cour de Cassation chambre sociale, arrêts du 10 novembre 2010 : RG n°09-42077

Cour de Cassation chambre sociale, arrêts du 21 octobre 2009 : RG n°08-43219

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Publicité

Maître Virginie Langlet

Maître Virginie Langlet

Avocat au Barreau de PARIS

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT

Me contacter

Edition abonné

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.


© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés