Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit du Travail Salarié » Licenciement & Rupture conventionnelle » Licenciement : Motifs et Procédures » Licenciement pour Motif Personnel » Licenciement pour incompatibilité d’humeur, comment faire ? » Actualités

Article avocat Licenciement pour incompatibilité d’humeur, comment faire ?

Licenciement pour propos tenus sur Facebook

Par , Avocat - Modifié le 04-06-2012
Dans un sens contraire à celui retenu par le Conseil de prud’hommes de Boulogne-Billancourt (19 nov. 2010) et la Cour d’appel de Besançon (15 nov. 2011) , la Cour d’appel de Rouen rend une décision intéressante concernant la vie privée sur Facebook. Une salariée contestait son licenciement pour faute grave pour avoir tenu sur « wall » de son compte Facebook des propos injurieux à l’encontre de sa hiérarchie et de sa société employeur, échangés avec plusieurs de ses collègues.

S’agissant d’une faute grave, la cour d’appel rappelle que la charge de la preuve repose sur l’employeur et que le réseau Facebook est susceptible de constituer soit un espace privé, soit un espace public, selon le paramétrage choisi. Par suite, des commentaires dont la diffusion serait limitée à « ses amis » constitueraient de correspondances privées empêchant l’employeur de s’en prévaloir comme d’une preuve dans le cadre d’un litige prud’homal.

A l’opposé, l’accessibilité de ces commentaires « aux amis de ses amis » voire à « tout public » permettrait à l’employeur de sanctionner le salarié au titre d’un abus dans sa liberté d’expression. Il s’agit d’une problématique globale des règles gouvernant la preuve en droit du travail.

En effet, la question n’est pas tant relative à la distinction vie personnelle/vie professionnelle dès lors que des faits tirés de la vie personnelle peuvent fonder un licenciement (si le rattachement au contrat de travail est démontré).

La question tient au seul point de savoir si les publications Facebook peuvent être couvertes ou non par le secret des correspondances privées et constituer dans ce cas un moyen de preuve illicite. Il s’agit d’un problème de forme plus que de fond.

Dans cette affaire, les publications du salarié ont été considérées comme protégées dès lors que l’employeur ne démontrait pas qu’elles auraient pu être portées à la connaissance d’autres personnes que « les amis ».

Cette position semble perfectible car le nombre d’« amis » Facebook se compte en réalité par centaines et une correspondance privée présuppose un expéditeur et un destinataire (il y en avait plusieurs ici). En outre, seul le salarié à accès aux paramètres de sa page facebook, l’employeur se voit ainsi mettre à sa charge une preuve impossible

A n’en pas douter, la Cour de Cassation tranchera le problème dans les mois à venir et devra intégrer cette problématique dans la solution qu’elle posera.

CA Rouen, ch. soc., 15 nov. 2011, n° 11/01827

Julie Béot-Rabiot

Source

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Joackim FAIN

Maître Joackim FAIN

Avocat au Barreau de PARIS

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit de la Famille - Divorce
  • - Droit Pénal
  • - Droit Public
  • - Droit Routier, permis de conduire et automobile

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.