Accueil » Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT » Délégué du Personnel (DP) » La fin du mandat des délégués du personnel » Licenciement d'un salarié protégé » Actualités

Brève Licenciement d'un salarié protégé

Une réforme des retraites majoritairement décriée par les syndicats

Par - Modifié le 28-08-2013

L'annonce du projet de réforme porté par le premier ministre, Jean–Marc  Ayrault le 27 août 2013 a déclenché un tonnerre de réactions de désaveux de la part des principales organisations syndicales.

Pourtant présentée par le gouvernement comme un projet devant assurer l'équilibre des régimes de retraite de base, la CGT et FO non satisfaites des positions prises soutiennent avec force l'appel à la grève prévue le 10 septembre 2013.  Eric Aubin, secrétaire confédéral de la CGT, a ainsi justifié sa volonté de maintien du mouvement annoncé en expliquant qu'il s'agit d'un passage "nécessaire pour peser sur les choix et faire en sorte que d'autres choix soient faits".

Les syndicats reprochent au gouvernement de ne pas avoir été entendus, la manifestation de leur opposition sonne aussi comme un rappel de leur rôle à jouer dans cette phase déterminante dans le choix des solutions à apporter pour répondre à la lancinante question de la sauvegarde du régime de retraite par répartition mis en cause aujourd'hui.

En totale opposition, avec l'idée annoncée d'une augmentation progressive du niveau des cotisations de 0.15 point dès 2014 sur la part salariale et patronale en plus des hausses déjà programmées par le décret du 2 juillet 2012 (0.05 point ) et d'un nouveau rallongement de la durée de cotisations devant atteindre 43 ans à horizon 2035, la CGT dénonce de la part du gouvernement sa fermeture aux solutions avancées par la centrale.

Jean- Claude Mailly, secrétaire général de FO, constate amèrement que l'allongement de la durée des cotisations après 2020 "n'est pas un signe d'espoir pour les jeunes". FO s'inquiète du message véhiculé aux nouvelles générations par cette réforme incitant au pessimisme et au découragement.

FO voit encore dans le comportement du premier ministre la continuation du travail du gouvernement précédent, la comparaison avec l'ancien premier ministre François Fillon est lancé pour mettre en évidence l'incohérence des postures de l'actuel gouvernement qui s'opposait à la réforme des retraites soutenue en 2003 : "le Premier ministre a pris les chaussons de M. Fillon puisqu'il prolonge ce qu'avait fait M. Fillon en 2003, à une époque où il n'était pas d'accord".

Dans ce paysage de contestation des mesures annoncée seul la CFDT se détache en saluant l'effort de justice incarnée par le programme de la réforme annoncée.

Plutôt satisfaite par la prise en compte de la situation des salariés exposés à des travaux pénibles avec la mise en place d'un compte personnel de pénibilité, la CFDT semble plutôt porter son attention sur la concrétisation des mesures annoncées.

"Info-plus" Points obscurs relatifs à la réforme des retraites

Cette réforme des retraites vient compléter les précédentes réformes de 2003, 2010, 2012 et 2014, elle ne modifie pas l'âge légal de départ à la retraite qui est de 62 ans, néanmoins malgré les apparences, les changements qu'elles instituent seront nettement ressentis avec l'augmentation des durées de cotisations nécessaires pour l'accès à une retraite à taux plein (article L.161-17-2 du Code de la sécurité sociale, loi n°2011-1906 du 21 décembre 2011).

En outre,  certains choix effectués par le gouvernement appellent à la perplexité.

La prise en compte de la pénibilité semble présenter un avantage en permettant l'octroi d'un point par trimestre d'exposition à la pénibilité (2 points en cas de poly-exposition), (article L4121-3-1 du Code du travail, décret n°2011-354 du 30 mars 2011).

Les 20 premiers points accumulés seront affectés de façon obligatoire à la formation du salarié exposé. Cette formation destinée à rendre le travail du salarié moins pénible ne permettra pas aux salariés de les utiliser dans le cadre du décompte de leurs droits à la retraite.

Sources : Le Figaro, le 27 août 2013 et La Tribune, le 28 août 2013


Vous avez des questions sur le sujet Licenciement d'un salarié protégé ?

Posez-la à un expert Juritravail et obtenez une réponse sous 48h

Vous êtes...

  •  
  •  
  •  
  •  

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.

Publicité



© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés