Accueil » Droit des Employeurs - Droit Social » Droit du Travail & Droit Social » Licencier un salarié : procédure, coûts pour l'entreprise » Licencier pour Motif Personnel » Quel licenciement choisir ? Trouvez le bon motif ! » Peut-on licencier un salarié malade et comment faire ? » Actualités

Article avocat Peut-on licencier un salarié malade et comment faire ?

Licenciement pour désorganisation de l'entreprise et clause de garantie d'emploi

Par , Avocat - Modifié le 06-02-2013
La maladie d'un salarié ne peut jamais être une cause de licenciement. (Article L1132-1 du code du travail)

En revanche, le licenciement peut être légitimé si l'employeur se trouve dans la nécessité de pourvoir au remplacement définitif d'un salarié dont l'absence prolongée ou les absences répétées perturbent le fonctionnement de l'entreprise. Il doit s'agir d'une situation objective et les juges vérifieront systématiquement que la véritable cause du licenciement est bien la désorganisation de l'entreprise et non la maladie du salarié.

Cependant, cette possibilité de licencier pour désorganisation de l'entreprise est encadrée par certaines conventions collectives lesquelles contiennent des clauses dites de garantie d'emploi.

De manière générale, avec des variations en fonction des conventions, ces clauses interdisent à l'employeur de licencier le salarié pendant une certaine durée de maladie.

Dans cette affaire, une salariée a été licenciée au motif que son absence prolongée avait gravement désorganisé le fonctionnement de l'entreprise et contraint l'employeur à procéder à son remplacement définitif.

L'employeur n'ayant pas respecté la clause de garantie d'emploi insérée dans la convention collective applicable dans l'entreprise, le licenciement a été jugé abusif.

Que stipulait la clause conventionnelle de garantie d'emploi ?

La clause prévoyait que le licenciement était interdit pendant les six premiers mois de l'absence pour cause de maladie et que le remplacement définitif du salarié ne pouvait pas intervenir avant l'expiration de ce délai.

Or, le remplacement de la salariée étant intervenu avant l'expiration du délai de six mois, l'employeur a violé les dispositions issues de la convention collective rendant ainsi le licenciement intervenu sans cause réelle et sérieuse.(Cass soc 23 janvier 2013 n°11-28303)
Par Me. ROLLIN

Source

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Sandrine ROLLIN

Maître Sandrine ROLLIN

Avocat au Barreau de PARIS

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par notre équipe de juristes et d'avocats, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.



30 000 professionnels MyBestPro disponibles sur :


© 2003 - 2019 JuriTravail tous droits réservés