Accueil » Droit des Employeurs - Droit Social » Droit du Travail & Droit Social » Embaucher un Salarié » Recourir au Contrat à Durée Déterminée (CDD) » Mettre fin au CDD : rupture anticipée, fin de la mission, indemnité de précarité » Actualités

Article avocat Mettre fin au CDD : rupture anticipée, fin de la mission, indemnité de précarité

CDD rupture anticipée avec l'accord des parties (Cass. soc. 16/12/2015 n°14-21360)

Par , Avocat - Modifié le 20-01-2016

Le contrat de travail à durée déterminée (CDD) ne peut être rompu avant l'échéance du terme (articles L.1243-1 et -2 du code du travail) que dans des cas limités :

  • avec l’accord des parties,
  • en cas de faute grave,
  • en cas de force majeure,
  • en cas d'inaptitude constatée par le médecin du travail,
  • lorsqu'il est conclu en application du 6° de l'article L.1242-2 (recrutement d'ingénieurs et de cadres, au sens des conventions collectives, en vue de la réalisation d'un objet défini lorsqu'un accord de branche étendu ou, à défaut, un accord d'entreprise le prévoit et qu'il définit), par l'une ou l'autre partie, pour un motif réel et sérieux, 18 mois après sa conclusion puis à la date anniversaire de sa conclusion,
  • avant l'échéance du terme à l'initiative du salarié, lorsque celui-ci justifie de la conclusion d'un CDI. 

Lorsqu’il est rompu avec l’accord des parties, la rupture peut-elle être faite par un avenant au CDD et doit-elle respecter une forme précise ?

Dans cette affaire (1), une salariée est embauchée par une société suivant CDD en qualité de vendeuse à temps complet du 8 janvier 2010 au 30 septembre 2010. Les parties établissent un avenant pour modifier le terme du CDD et l'avancer au 11 février 2010, l’avenant est dactylographié, signé par la salariée qui fait précéder sa signature de la mention manuscrite « lu et approuvé ». La salariée saisit la juridiction prud’homale, estimant que sa signature est intervenue contre sa volonté, que l’avenant préétabli par l'employeur portant, non pas modification, mais dénaturation du contrat, a été signé en état de subordination, sans entretien préalable, sans qu’elle n’ait été conseillée et sans délai de rétractation, donc sans preuve qu’il y ait eu un consentement libre non équivoque et absence de violence.

La Cour d’appel et la Cour de cassation donnent tort à la salariée, au motif qu’un CDD peut être rompu d'un commun accord des parties et que la preuve d'un vice du consentement de la salariée affectant la validité de cet avenant n'est pas rapportée.

Ainsi, la Cour de cassation rappelle que la rupture d’un commun accord d’un CDD n’a pas à respecter le formalisme de la rupture conventionnelle homologuée d’un CDI (art. L.1237-11 et suivants du code du travail).

En effet, si pour un CDI la rupture conventionnelle homologuée constitue le seul mode de rupture amiable autorisé (2, 3 et 4), au contraire pour un CDD la loi fait toujours référence à l’accord des parties. L’avenant au CDD est donc possible.

 

 

Par Stéphane Vacca

Avocat au barreau de Paris

 

Sources :

(1) Cass. soc. 16/12/2015 n°14-21360

(2) CA Riom 12/06/12 n°11/00992

(3) CA Toulouse 4èch sect. 1 24/01/13 n°11/03522

(4) Cass. soc. 15/10/14 n°11-22251

Publicité

Maître Stéphane Vacca

Maître Stéphane Vacca

Avocat au Barreau de PARIS

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT

Me contacter

Edition abonné

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.


© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés