Accueil » Droit des Employeurs - Droit Social » Droit du Travail & Droit Social » Mise en conformité » Organiser les conditions de travail du salarié » Connaître vos droits et obligations en matière d'aménagement des lieux de travail » Mettre en place des caméras de surveillance » Actualités

Article avocat Mettre en place des caméras de surveillance

Preuve soumise à l'appréciation des conseillers prud'homaux : Contrôle autorisé des salaries par videosurveillance

Par , Avocat - Modifié le 07-04-2015

Le Code du travail prévoit que la mise en place d’un système de vidéosurveillance de l’activité des salariés doit être précédée de certaines mesures contraignantes pour l’employeur et destinée à protéger la vie privée des salariés:

  • information individuelle de l’ensemble des salariés (article L1222-4 du Code du travail)
  • consultation du comité d’entreprise (article L2323-32 du Code du travail),
  • déclaration à la CNIL.


A défaut, les enregistrements considérés ne pourront être produits en justice à l’encontre d’un salarié.

Ce type d’enregistrement peut pourtant être précieux, en particulier pour appuyer une mesure de licenciement pour faute.

Or, si l’employeur n’a pas pris les mesures conformes aux dispositions précitées, les conseillers considéreront que ces preuves ont été obtenues dans des conditions déloyales et les écarteront des débats.

Reste que si le système de vidéosurveillance a uniquement pour but d’assurer la sécurité des locaux et ne permet pas de surveiller l’activité des salariés, ces formalités ne sont pas obligatoires.

En l’espèce, des caméras avaient été installées afin de prémunir le magasin contre les vols de la clientèle.

Or, d’une manière fortuite, ce système avait révélé le vol du téléphone portable d’une cliente par un salarié du magasin.

La Cour de cassation a admis les vidéos prises comme preuve valable à l’appui du licenciement pour faute grave, en l’absence même d’information individuelle préalable.

Un tel raisonnement connait toutefois des limites.

Ainsi, par décision du 12 juillet 2013, la CNIL a mis en demeure un centre commercial de faire cesser les manquements constatés à la loi du 6 janvier 1978 (délibération CNIL du 12 juillet 2013). Celui-ci avait installé 240 caméras destinées à la surveillance du centre et des caisses.

Conformément à l’article L1221-1 du Code du travail, la CNIL alors énoncé que ce dispositif était disproportionné du fait de son ampleur et, dans la mesure où il permettait de filmer les accès aux toilettes, aux vestiaires, au cabinet médical ainsi qu’aux salles de pause, il pouvait servir à l’employeur pour contrôler les horaires des salariés concernés.

Par Me MARILYN MAUDET-BENDAHAN

AVOCATE AU BARREAU DE NANTES.

Source

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Marilyn MAUDET-BENDAHAN

Maître Marilyn MAUDET-BENDAHAN

Avocat au Barreau de NANTES

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT
  • - Procédure Judiciaire

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par notre équipe de juristes et d'avocats, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.



30 000 professionnels MyBestPro disponibles sur :


© 2003 - 2019 JuriTravail tous droits réservés