Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit des Employeurs - Droit Social » Gestion du Personnel - RH » S'adresser aux Salariés / Management » Gérer l'Evolution de Carrière » Mutation - Changement de Service » Actualités

Brève Mutation - Changement de Service

La méthode préconisée pour stimuler l’implication au travail

Par - Modifié le 13-05-2014

La méthode préconisée pour stimuler l’implication au travail Fotolia

Selon une étude menée par Gallup, entreprise américaine, proposant ses services dans la gestion du management, les entreprises françaises souffriraient d'une proportion faible (9%) de salariés véritablement investis dans leur mission professionnelle.

Alors quel est le remède pour inverser cette tendance et remotiver les collaborateurs ? Faire plus de compliments sur la qualité du travail effectué ? Accorder des promotions ? Des augmentations de salaires ? Les solutions managériales à envisager peuvent être de différents ordres, mais pour les experts, toutes ne se valent pas, et cela se traduit par l'analyse des résultats obtenus sur le terrain et par le comportement des salariés en réaction aux techniques de management employées.

Ainsi, il ressort de l'observation effectuée entre les années 2001 et 2012, que le progrès accompli sur le plan du management n'a eu qu'un impact minime sur le gain obtenu en termes d'implication des salariés (l'Allemagne affiche une évolution positive concernant 5% des salariés constatée sur plus d'une décennie).

Pour les experts, les entreprises ne peuvent inverser la tendance que si elles prennent en compte les besoins des salariés ne se traduisant pas par des compliments comme "beau travail", mais par le respect et la confiance. Pour nombre de managers, la qualité la plus recherchée est "la capacité à réfléchir" du collaborateur, pourtant, ceux-ci prennent systématiquement les décisions. Les actes contredisent dès lors les paroles et l'entreprise se confronte alors à une réaction négative des salariés "dépouillés" de leur pouvoir de décision. L'intérêt de la tâche confiée, sa richesse et la diversité des actions du collaborateur doivent être favorisés par l'entreprise pour renforcer le sentiment de valeur du travail accompli.

La robotisation du travail ou la répétition des tâches demandant une exécution "sans réflexion", cannibalise la motivation et donc la volonté d'investissement pour le compte de l'entreprise. Dès lors, la compensation demandée se résume à une augmentation de salaire.

Pour combattre ce désengagement massif à l'origine de lourdes pertes (chiffrées en milliards d'euros) pour les entreprises,  il convient de donner à l'employé les moyens de réaliser le travail dont il est capable. Il s'agit dès lors d'adopter une logique de promotion des compétences. Concrètement, cela revient, par exemple, à demander à un collaborateur : "Qu'est-ce qui risque aujourd'hui de vous empêcher de bien travailler ?".

"Info-plus" Quand le manque d'implication devient insuffisance professionnelle 

Lorsque l'employeur constate une récurrence dans les erreurs commises par un salarié dans le cadre de son travail, une lenteur, un manque d'application ou encore des négligences qui ne se rattachent pas à une faute du salarié, il se peut que ces constations soient le résultat d'une incapacité du salarié à occuper son poste.

La perte de dynamisme d'un cadre qui se serait réfugié dans la routine attestée par des erreurs commises dans la fabrication et par des insuffisances de propreté de l'usine (Cass. Soc. 28 novembre 1991, n°90-42794) ou encore le manque de contact avec la clientèle (Cass. Soc. 19 avril 2000, n°98-40112) ont été reconnus comme étant des comportements entrant dans la sphère de l'insuffisance professionnelle justifiant qu'il soit recouru à un licenciement.

Il est indispensable d'appréhender la relation de travail dans son ensemble (formation, qualité du travail sur l'ensemble de la durée du contrat, ancienneté, etc…) pour apprécier la situation et sécuriser la rupture d'un contrat de travail en raison de l'insuffisance professionnelle. Prendre la bonne décision requiert analyse et connaissances du contentieux dans la matière, n'hésitez pas donc à prendre contact avec notre plateforme d'experts et d'avocats pour profiter de conseils personnalisés.

Notre dossier

Source : Le Monde, le 12 mai 2014

Vous avez besoin d'un conseil d'avocat pour Mutation - Changement de Service ?

3 avocats vous proposent, sous 48h, un RDV en cabinet

Envoyer votre demande

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Ne passez pas à côté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.

Publicité