Ce mardi 10 juin 2014 doit se dérouler l'élection de l'entreprise récompensée pour la performance de ses managers et leur capacité à associer performances économiques et réussite sociale des salariés. Le sacre va se tenir à l'occasion de la huitième édition des Espoirs du management dans le cadre d'une décision résultant du vote de 500 dirigeants lors d'une manifestation organisée à la Maison de la Mutualité à Paris.

Henri de Castries, PDG d'AXA et président du jury des Espoirs du management souligne le bénéfice de cette démarche qui "met en lumière des entreprises dont les initiatives sont la preuve qu'il est possible de réussir en combinant efficacité économique et efficacité sociale". Le management qui régit l'organisation et les rapports entre les membres d'une même entreprise appartenant à différents niveaux hiérarchiques s'avère être un puissant atout pour les entreprises en maîtrisant les bases. Marc Drillech, directeur général de Ionis Education Group se risque même à dire que "le management est essentiel dans la réussite ou l'échec d'un projet".

Pascal Legros, PDG de Buronomic (entreprise nominée aux Espoirs du management), fabriquant du mobilier de bureau et de rangement employant 170 personnes explique que pour surmonter les divisions qui régnaient entre les équipes à sa reprise des rennes de la structure, il a impliqué les collaborateurs dans la définition de la stratégie de l'entreprise afin de leur redonner confiance tout en promouvant "des actions qui leurs permettent de se former et de s'épanouir". L'institution de médiateurs volontaires (désignation annuelle par le personnel de 7 représentants incarnant le respect des valeurs de l'entreprise) en charge du règlement des conflits a été aussi l'une des initiatives payantes.

Pour l'une des trois autres entreprises nominées, le secret réside dans une promotion active de l'évolution des parcours professionnels des collaborateurs. Directrice du développement des ressources humaines d'Elior Concessions, Caroline Ninat précise que l'entreprise s'est lancée, pour faciliter cette initiative, dans la création : "d'un véritable GPS du parcours professionnel". Sans distinction de niveau hiérarchique l'entreprise favorise dès lors la formation et le changement de poste des salariés.

L'incitation à l'autonomie, la responsabilisation des collaborateurs et le bouleversement des méthodes de travail est une autre solution dévoilée par Emmanuel Mignot, PDG de l'entreprise nominée Télétech International. En se détachant de codes trop stricts limitant le choix des pauses, des changements de poste et des déplacements des conseillers, l'entreprise a fidélisé ses collaborateurs, favorisé la création de poste tout en étoffant sa clientèle !

"Info-plus" La mobilité professionnelle dans l'entreprise

Par mobilité professionnelle, il faut entendre la possibilité offerte par l'employeur à ses salariés d'évoluer professionnellement vers un nouveau poste. Une telle démarche nécessite un cadre pour faciliter sa mise en place, mais dans ce domaine, l'employeur n'est pas tenu à une obligation de négociation.

Ainsi, l'employeur peut engager une négociation portant sur les conditions de la mobilité professionnelle ou géographique interne à l'entreprise dans le cadre de mesures collectives d'organisation courantes sans projet de réduction d'effectifs (article L2242-21 du Code du travail).