Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit Bancaire » Compte Bancaire » Obligations d'Informations / Conseils » Actualités

Article avocat Obligations d'Informations / Conseils

Contenu du devoir de mise en garde de la banque à l’égard d’un investisseur profane

Par , Avocat - Modifié le 13-06-2014

Dans un Jugement du 20 mars 2014 le Tribunal de Commerce de Paris a rejeté la demande d'indemnisation d'un investisseur au motif que la banque avait rempli son devoir de mise en garde.

Dans un jugement du 20 mars 2014, le Tribunal de Commerce de Paris nous renseigne sur le contenu du devoir de mise en garde en rejetant la demande d’indemnisation formée par un investisseur qui avait subi près de 70.000 de pertes en procédant à des opérations de bourse via une plateforme de e-trading, au motif que la banque a suffisamment rempli son devoir de mise en garde. 

Le Tribunal retient que l’investisseur était bien un profane, mais surtout il nous renseigne sur le contenu et les modalités d’exécution du devoir de mise en garde.

En effet, pour juger que la banque a rempli son devoir de mise en garde et débouter l’investisseur de sa demande en réparation des pertes qu’il a subi, le Tribunal retient :

  • Que lors de la demande d’ouverture de compte signée par l’investisseur, dans une section « Reconnaissance des risques encourus », sont détaillés sur 14 lignes les risques inhérents aux opérations de trading et plus particulièrement aux instruments à effets de levier.
  • Que lors des opérations de trading sur la plateforme, une fenêtre apparait avant le passage des ordres avertissant l’investisseur sur le caractère non approprié de certains types d’investissements, en ce qui le concerne et que la répétition de ces fenêtres ne peut qu’attirer l’attention.
  • Qu’au regard du contrat conclu, aucune obligation de conseil en investissement n’incombait à la banque et qu’en outre la banque a à plusieurs reprises adressé des conseils de prudence à l’investisseur.
  • Qu’en conséquence la banque n’a manqué ni à son devoir de mise en garde ni à ses obligations. 

Il résulte de ce jugement que l’investisseur, même profane, est responsable de ses pertes dès lors qu’il a été suffisamment averti des risques liés aux opérations réalisées.

Par Me Anne-Sophie RAMOND

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Anne-Sophie RAMOND

Maître Anne-Sophie RAMOND

Avocat au Barreau de PARIS

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit de la Famille - Divorce
  • - Droit de l'Immobilier et de la Construction

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à côté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.