Selon 55% des interrogés, les salariés se font souvent, voir très souvent des amis sur leur lieu de travail parmi leur collègues, contre seulement 10% parmi leurs supérieurs hiérarchiques.

Ce sont les moments dédiés aux pauses café, cigarettes, aux déjeuners et aux pots entre collègues qui favorisent la création d'amitié. Le fait de se voir en dehors renforce également les liens amicaux. Cela est favorisé lorsque des personnes du même âge se côtoient dans l'équipe.

Paradoxalement, l'open-space n'est pas du tout perçu comme favorisant les relations amicales.

Les liens ne se font pas uniquement avec les collègues, mais peuvent également être tissés avec des clients ou fournisseurs.

Quel est le profil du parfait collègue ?

En majorité, il s'agit de la loyauté. L'honnêteté chez une personne est fortement appréciée. Mais il faut également avoir l'esprit de solidarité, de l'humour, être une personne sympa et cool. Le partage de loisirs ou passions favorise également les liens.

Avoir un ami au travail c'est avoir quelqu'un sur qui l'on peut compter, que l'on voit en dehors du travail, que l'on invite chez soi, voire avec qui l'on défend des positions communes dans l'entreprise.

Très majoritairement, se faire des amis au travail est perçu comme favorisant la bonne ambiance, le plaisir de venir au travail. Elle contribue donc au bien-être au travail.

En cas de situation difficile, il peut être bon d'être écouté et soutenu. Cela permet d'affronter plus sereinement les épreuves.

L'amitié au travail facilite la communication et permet de mieux gérer les situations difficiles. Selon la perception des sondés, cela n'a aucun impact négatif sur la productivité.

48% des interrogés pensent que l'amitié facilite la conclusion de contrats et la réussite commerciale de l'entreprise et 38% pensent qu'elle facilite les évolutions de carrière.

L'impact pour l'entreprise est donc également positif.

"Info-plus" Les pauses au travail

Une pause est un arrêt de travail de courte durée, pris sur le lieu de travail ou à proximité (Cass. Soc. 12 octobre 2004, n°03-44084).

Dès que le temps de travail quotidien atteint 6 heures, le salarié bénéficie d'un temps de pause d'une durée minimale de 20 minutes (article L3121-33 du Code du travail).

Le temps de pause n'est rémunéré que sous certaines conditions.