Par deux arrêts, la Cour de cassation en sa chambre sociale (28 avril 2011, N° de pourvoi: 09-72165 et N° de pourvoi 09-40464 ) vient de rappeler comment décompter la période d'essai au sens de l'article L. 1242-10 du code du travail.

"qu'au sens de ce texte, et sauf disposition conventionnelle ou contractuelle contraire, toute période d'essai, qu'elle soit exprimée en jours, en semaines ou en mois, se décompte de manière calendaire."

Les affaires illustrent ce calcul pour deux contrats de travail à durée déterminée :

- dans le premier cas, le salarié avait une période d'essai de 8 jours. Le salarié avait été engagé par l'entreprise le 7 décembre 2005. Sa période d'essai se terminait le 3 janvier 2006 au soir. Son contrat ayant été rompu sans forme et sans motif, le 6 janvier 2006, le licenciement est manifestement irrégulier en la forme et donc sans cause réelle et sérieuse.

- le second cas, le salarié avait une période d'essai contractuelle d'un mois en violation de la loi qui prévoyait quinze jours. Le salarié avait été engagé par l'entreprise le 23 juillet 2007. Sa période d'essai se terminait le 5 août 2007 au soir. Son contrat ayant été rompu sans forme le 6 août 2007, le licenciement est manifestement irrégulier en la forme et donc sans cause réelle et sérieuse.

Carole VERCHEYRE-GRARD avocat 83 avenue Foch 75116 PARIS tél 01.44.05.19.96