Source RFI :


"Les mauvais chiffres de la sécurité routière en France en janvier (+ 21% de tués) ont été, pour le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, l'occasion d'annoncer un certain nombre de nouvelles mesures, dont les nouveaux véhicules d'intervention de la police."


Source Le Point.fr :


"Après un mois de janvier meurtrier sur les routes - 331 morts, soit une hausse de 21,2 % par rapport au même mois de l'année précédente -, le gouvernement a été pointé du doigt par les associations pour avoir baissé la garde sur le sujet. En cause notamment, l'assouplissement du permis à points. C'est dans ce contexte que Brice Hortefeux a annoncé jeudi, à Saint-Arnoult-en-Yvelines, son "plan national de lutte contre l'insécurité routière".


Un plan basé sur un renforcement des moyens de contrôle, avec l'installation de 1 000 radars supplémentaires d'ici à 2012, une priorité donnée à la formation des conducteurs de tous âges, un ciblage plus précis des actions des forces de l'ordre et la généralisation des P-V électroniques. En d'autres termes, rien de nouveau, puisque ces mêmes annonces avaient été faites par le gouvernement en 2010. On parlait alors de l'installation de 800 nouveaux radars fixes d'ici à 2012 (dont 400 en 2011), auxquels s'ajoutent 100 radars-tronçons (calculant la vitesse moyenne d'un véhicule sur un trajet de plusieurs kilomètres) et 90 radars discriminants (permettant de différencier les poids lourds des véhicules légers et de désigner la voie empruntée par le véhicule en infraction). 


Assouplissement du permis à points


Pour Jean-Yves Salaün, délégué général adjoint de l'Association prévention routière, ces mesures, si elles sont nécessaires, ne seront pas forcément suffisantes. Selon lui, l'alourdissement du bilan en janvier est dû à deux facteurs. Tout d'abord, l'annonce à la mi-décembre de l'adoption par l'Assemblée nationale d'un amendement de la loi Loppsi 2, qui facilite la récupération des points perdus. On peut en effet maintenant récupérer théoriquement quatre points par an, alors que l'on ne pouvait recouvrer le même nombre qu'au bout de trois ans jusque-là. Une très mauvaise nouvelle pour Jean-Yves Salaün qui considère que "le système du permis à points est fragile et basé sur la peur de perdre ses points" et que cette mesure a "renforcé le sentiment d'impunité chez certains conducteurs". Une affirmation que réfute Brice Hortefeux, pour qui la Loppsi "va permettre de mettre hors d'état de nuire les criminels de la route". L'autre raison invoquée pour cette hausse du nombre de tués sur les routes est bien plus prosaïque : aussi bien Jean-Yves Salaün que Brice Hortefeux s'accordent pour dire que la météo en janvier 2010 avait été particulièrement "favorable", en raison d'un épisode neigeux qui avait diminué le nombre de trajets sur les routes. 


En 2010, 3 994 personnes ont péri suite à un accident. Si Brice Hortefeux ne l'a pas rappelé lors de son discours, l'objectif de Nicolas Sarkozy est de faire descendre d'ici 2012 la mortalité routière sous la barre des 3 000 morts par an." 


L'objectif est louable.


Il faudrait cependant que l'emplacement des radars soit choisi exclusivement en fonction de la dangerosité et non par souci mercantile de rentabilité !