Est proportionnée la décision du maire d'ordonner la démolition du pavillon d'habitation lorsqu'il existe un besoin social impérieux de préserver la sécurité des personnes exposées à un risque naturel d’inondation.

A la suite de la destruction d'un pavillon d’habitation par un incendie, la propriétaire du terrain a souhaité procéder à sa reconstruction. Elle a présenté trois demandes de permis de construire qui ont toutes été rejetées. La propriétaire ayant néanmoins entrepris la reconstruction de sa maison, la commune l’a assignée en démolition. Pour accueillir cette demande, la cour d'appel de Paris a retenu qu’il existait un besoin social impérieux de préserver la sécurité des personnes exposées à un risque naturel d’inondation et d’éviter toute construction nouvelle ou reconstruction à l’intérieur des zones inondables soumises aux aléas les plus forts.

Dans un arrêt rendu le 16 janvier 2020, la Cour de cassation considère que les juges du fond ont, par ces seuls motifs, légalement justifié leur décision d’ordonner la démolition. Elle rejette le pourvoi de la propriétaire qui reprochait aux juges du fond de ne pas avoir procédé à un examen de la proportionnalité de la mesure au regard de son droit au respect de sa vie privée et familiale, et de son domicile.