Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit des Employeurs - Droit Social » Droit du Travail & Droit Social » Former le Salarié » Maîtriser la formation et la rémunération de la formation » Actualités

Article avocat Maîtriser la formation et la rémunération de la formation

Un défaut de formation au retour d'un congé parental n’est pas synonyme en lui-même de discrimination.

Par , Avocat - Modifié le 14-03-2014

Le code du travail prévoit une obligation de formation du salarié qui revient de congé parental (article L1225-59).

Mais, si à son retour le salarié est licenciée pour insuffisance professionnelle, l'absence de formation ne peut pas en elle-même entraîner la nullité du licenciement en raison de son caractère prétendument discriminatoire.

Tel est l’apport de deux arrêts de la Cour de cassation en date du 5 mars 2014, n° 11-14426 et 12-27701 Dans la première affaire, une dactylographe embauchée en 1988, devenue par la suite secrétaire/assistante au services des ressources humaines, est licenciée le 21 décembre 2007, deux mois après son retour de plusieurs congés parentaux d’une durée totale de 11 années, pour "insuffisance professionnelle et comportement inadapté".

La salariée soutenait qu’était perdue parmi tous les nouveaux outils technologiques.

Si la salariée l’emporte en Cour d’appel et voit jugé son licenciement nul sur le fondement de l'article L1225-59 du code du travail qui dispose que la salariée, après son congé parental bénéficie d'une action de formation lorsqu'il y a eu des changements de techniques ou de méthodes de travail, la Cour de cassation rappelle que la nullité du licenciement ne peut être décidée que si un texte le prévoit expressément ou s'il y a violation d'une liberté fondamentale. Ce qui n’est pas le cas en cas de violation de l’article L1225-59 du Code du travail.

Dans la seconde affaire, c’est une danseuse du Moulin-Rouge, qui n'est pas réembauchée suite à son congé parental. Elle réclame des dommages-intérêts pour discrimination, estimant n'avoir pas reçu la formation nécessaire à son retour au travail.

Même schéma que pour la première affaire, victoire en appel mais cassation par la Haute juridiction : il n'est pas possible de décider que le manquement de l'employeur à l'obligation de formation telle que prévue par l'article L1225-59 du code du travail constitue à lui seul une discrimination illicite.

Par Me Hervet

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître gregoire HERVET

Maître gregoire HERVET

Avocat au Barreau de PARIS

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT

Me contacter

Publicité

Edition abonné

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.



© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés