Accueil » Droit du Travail Salarié » Licenciement & Rupture conventionnelle » Licenciement : Motifs et Procédures » Licenciement économique : défendre vos droits » Plan de Sauvegarde de l'Emploi - PSE : Procédure & Indemnité » Actualités

Brève Plan de Sauvegarde de l'Emploi - PSE : Procédure & Indemnité

53% des français sont prêts à travailler plus

Par - Modifié le 23-11-2012

Abonnez-vous 1€ pendant 15j


Selon un sondage réalisé par OpinionWay, pour le cabinet Tilder et l’institut Montaigne, 53% des français se disent prêts à travailler 39 heures par semaine, durant une période d’un an, et sans relèvement du salaire, pour conserver leur emploi, si leur entreprise avait de graves difficultés.

Ainsi, un français sur deux serait prêt à signer un accord compétitivité-emploi, nouvellement nommé accord de maintien de l’emploi, pour sauver son emploi ou celui d’un collègue.

Tous les français ne seraient pas prêts à faire un tel sacrifice. Ainsi 60% des plus de 50 ans y seraient favorables, tout comme les hommes (55%), les cadres (59%) et les salariés du privé (53%). En revanche, les moins de 35 ans y seraient défavorables à 52%, comme les femmes (55%), les ouvriers (53%) et les fonctionnaires (54%). Ce sondage intervient alors que les partenaires sociaux divergent sur la signature d’accords de maintien de l’emploi.

Les sondés ont aussi eu à répondre à une question portant sur l’efficacité du système d’indemnisation et de reclassement des chômeurs. Ainsi, 70% considèrent que le système actuel est suffisant et accompagne suffisamment ces demandeurs d’emploi.

En revanche, concernant l’accompagnement des demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi, à peine 21% des français estiment que le système est efficace. Ce sondage intervient au moment où Pôle Emploi va instaurer un nouveau dispositif.

« Info-plus » : Accord de sauvegarde de l’emploi

Lorsqu’une entreprise est confrontée à des difficultés économiques, elle peut conclure des accords de sauvegarde de l’emploi. Ainsi, l’employeur s’engage à maintenir l’emploi en contrepartie d’une baisse ou d’une modération de la rémunération des salariés.

En effet, ce type d’accord est fondé sur un échange de contreparties :

  • L’employeur s’engage à préserver l’emploi durant une certaine période, ou à maintenir l’activité d’un site, ou encore à créer de nouveaux emplois
  • Les syndicats vont consentir, au nom des salariés, à réduire certains avantages, tel que baisser leur rémunération, augmenter la durée du travail sans contrepartie, ou encore geler les salaires.

Etes-vous favorable aux accords de maintien de l’emploi ?


Source : Le Figaro, 19 novembre 2012

Recevez chaque semaine l'essentiel de l'actualité du droit du travail

Vous avez besoin d'un conseil d'avocat pour Plan de Sauvegarde de l'Emploi - PSE : Procédure & Indemnité ?

3 avocats vous proposent, sous 48h, un RDV en cabinet

Envoyer votre demande

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Publicité

Publicité



30 000 professionnels MyBestPro disponibles sur :


© 2003 - 2018 JuriTravail tous droits réservés