Trois millions de personnes selon les organisations syndicales, 825 000 selon la police ont manifesté le samedi 16 octobre contre le projet de réforme des retraites.

Aujourd'hui à la veille de l'adoption du projet de réforme des retraites par le Sénat, une nouvelle journée de mobilisation est organisée. Les organisateurs prévoient encore une augmentation du nombre de manifestants, y compris avec le ralliement des lycéens et des étudiants, bien qu'avec le temps le nombre de salariés grévistes ait tendance à diminuer.

Rappelons que depuis le mardi 12 octobre 2010, de plus en plus de préavis de grève reconductibles ont été déposés.

Ces préavis présentent des avantages à la fois pour les salariés qui sont couverts juridiquement tout en restant libres chaque jour de reconduire ou non le mouvement, et pour les syndicats qui n'ont pas à redéposer chaque jour un nouveau préavis et peuvent s'en remettre à la volonté des salariés, sans appeler formellement à la poursuite du mouvement.

Cependant, le dépôt d'un préavis reconductible par une organisation syndicale n'est pas sans risques puisque ce préavis n'oblige pas les salariés à poursuivre leur arrêt de travail, quand bien même les syndicats appellent à la pousuite du mouvement.

Par ailleurs, le caractère reconductible d'un préavis de grève ne constitue en rien une garantie de résultats en terme de revendications.

De leur côté, les travailleurs du port de Marseille utilisent la pratique de la grève perlée qui consiste en une exécution du travail au ralenti ou dans des conditions volontairement défectueuses, sans interruption véritable de l'activité.

Cette pratique, qualifiée de mouvement illicite, est condamnée par les juges, et peut donner lieu à une sanction disciplinaire de la part de l'employeur.