Le Gouvernement a rendu public, le jeudi 19 septembre 2013, le contenu de la note d'impact de la réforme des retraites qui est envisagée.

Cette note révèle que, selon les estimations, 1 salarié sur 5 bénéficiera du compte sur les métiers pénibles. Ce dispositif permettra, à ceux qui occupent un poste pénible, en raison des contraintes physiques qu'il implique (comme le port de charges, les postures pénibles), du rythme de travail contraignant (comme le travail de nuit) ou d'un environnement agressif (qui expose le salarié à des contraintes telles que le bruit ou les agents chimiques), de partir plus tôt à la retraite.

Ce dispositif, qui devrait entrer en vigueur à compter de 2015, devrait concerner près de 20% des salariés du secteur privé, en majorité des hommes (55%).

Les jeunes salariés sont plus touchés par ces facteurs de risque professionnel que leurs ainés. En effet, 20,4% des jeunes salariés ont un emploi pénible, contre 12,29% des salariés de 60 ans et plus.

Mais le compte sur les métiers pénibles ne devrait pas seulement permettre de prendre une retraite anticipée, dans la limite de 2 ans. Il permettrait également au salarié qui occupe une fonction difficile de se reconvertir ou bien d'occuper un emploi à temps partiel, en utilisant les points qu'il a acquis en fonction du temps passé en situation de pénibilité.

A peine la mesure a-t-elle été annoncée qu'elle est déjà décriée par certains. En effet, comment doit-on définir une tâche pénible ? Et à partir de quel seuil d'exposition au risque le salarié pourra-t-il acquérir des points transformables en retraite anticipée ? Autant de questions que les partenaires sociaux et le Gouvernement devront trancher.

Certains syndicats, comme la CFE-CGC, voudraient, par exemple, que les risques psychosociaux, comme le stress (auxquels sont le plus souvent soumis les cadres) soient pris en compte comme un critère de pénibilité, même s'il reste difficile de les quantifier.

"Info-plus " Les principaux points visés par la réforme de la retraite

Le Gouvernement envisage de réformer 5 points essentiels :

  • la durée de cotisations : celle-ci va être allongée ce qui aura indéniablement pour effet de repousser l'âge légal de départ à la retraite (bien qu'il n'est pas directement visé par la mesure) ;
  • une augmentation du taux de cotisation prélevé sur les salaires des actifs ;
  • les retraités vont être mis à contribution : par exemple, les majorations de pension de 10% versées aux retraités ayant élevé au moins 3 enfants seront soumises à impôt sur le revenu ;
  • la pénibilité va être prise en compte : elle permettra au salarié de gagner des points de pénibilité pour les reconvertir ensuite en retraite anticipée par exemple ;
  • le système de retraite sera plus "juste" : par exemple, les apprentis pourront valider autant de trimestres de retraite que de trimestres travaillés et ce, quelle que soit leur rémunération.

Sources : Le Monde, 19 septembre 2013 et Le Figaro, 18 septembre 2013