Accueil » Droit des Employeurs - Droit Social » Droit du Travail & Droit Social » Mise en conformité » Gérer contrôles et contentieux » Prud'hommes : gérer la procédure prud'homale en tant qu'employeur » Actualités

En pratique Prud'hommes : gérer la procédure prud'homale en tant qu'employeur

Vol de documents en vue d'une action devant conseil de prud'hommes

Par - Modifié le 27-03-2007
Un salarié peut-il photocopier les documents de l’entreprise qui l’emploie en vue de se défendre dans une instance prud’homale. Est-ce un vol de documents ?

Par exemple, un comptable peut-il photocopier des documents du service comptable pour établir devant un conseil de prud’hommes qu’il n’est pas responsable des erreurs qui lui sont reprochées ? Peut-il être pénalement poursuivi du chef de vol ? Le juge prud’homal doit il rejeter ces pièces au motif qu’elles ont été obtenues de manière déloyale, dès lors qu’elles constitueraient un vol ?

La réponse à cette question doit être nuancée.

Il est vrai que le fait de photocopier un document appartenant à autrui, sans son accord, constitue objectivement , « matériellement », un vol : il révèle l’intention de s’approprier le bien d’autrui, l’espace d’un instant.

Cependant, les chambres sociale et criminelle de la Cour de Cassation admettent maintenant la légitimité de tels comportements dans des conditions assez strictement définies :

- le salarié doit avoir eu connaissance des documents litigieux à l’occasion de ses fonctions ; de « manière régulière »,
- ces documents doivent être indispensables ou strictement nécessaires à sa défense prud’homale.

En quelque sorte, les droits de la défense constituent un fait justificatif d’actes qui seraient susceptibles d’être qualifiés de vols s’ils n’étaient pas strictement nécessaires à l’exercice de ces droits fondamentaux. Cependant, pour être justifiée, l’atteinte portée au droit de propriété de l’employeur, doit être mesurée : elle ne concerne que les documents dont le salarié a eu régulièrement connaissance dans le cadre de son activité.

Mais attention, bien sûr, le salarié ne saurait invoquer la nécessité de se défendre pour se livrer à des indiscrétions ou appréhender des documents sans rapport avec son travail ou sa fonction, de manière inquisitoriale.

Ainsi dès lors que « les documents de l’entreprise dont la prévenue avait eu connaissance à l’occasion de ses fonctions et qu’elle a appréhendés ou reproduits sans l’autorisation de son employeur (étaient) strictement nécessaires à l’exercice des droits de sa défense dans le litige l’opposant à ce dernier » la salariée poursuivie n’était pas répréhensible.(Cass. Crim., 11 mai 2004, n° 03-85521, voir aussi 26 avril 2006, n° 05-83564). De même, « un salarié peut produire en justice des documents (photocopiés) dont il a eu connaissance à l'occasion de ses fonctions lorsque cela est strictement nécessaire à l'exercice des droits de sa défense dans le litige l'opposant à son employeur » (Cass.soc 30 juin 2004 n° 02-41.720, voir aussi 28 février 2006, n° 04-40984).


Une application symétrique pour les droits de la défense de l’employeur ?

Une application symétrique de cette jurisprudence telle qu’elle est formulée, devrait être envisageable, au moins théoriquement, lorsqu’il s’agit de l’exercice des droits de la défense de l’employeur.
Mais bien évidemment, son domaine sera nécessairement très réduit.

En effet, sauf quelques rares exceptions sur lesquelles le juge aura peut-être l’occasion de se pencher, quels pourraient être ces documents appartenant au salarié, dont l’employeur aura eu normalement connaissance dans l’exercice de son pouvoir patronal et qui seront strictement nécessaires à l’exercice des droits de sa défense ?
Un fax adressé imprudemment à un salarié sur son lieu de travail et établissant sa déloyauté ?
Une note de écrite par le salarié sur son lieu de travail, recueillie fortuitement par l’employeur et dont le contenu peut prouver tel ou tel fait reproché au salarié ?

Il faut ici souligner que les documents détenus par le salarié dans son bureau sont présumés avoir un caractère professionnel et que l'employeur peut y accéder librement. Ce, sauf s'ils sont identifiés comme étant personnels.

Notre dossier

Jean Marc MIGLIETTI Avocat Lyon, octobre 2006 http://www.miglietti-avocat.com/

Vous avez besoin d'un conseil d'avocat pour Prud'hommes : gérer la procédure prud'homale en tant qu'employeur ?

3 avocats vous proposent, sous 48h, un RDV en cabinet

Envoyer votre demande

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.

Publicité



© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés