Accueil » Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT » Délégué Syndical (DS) » Les attributions du DS » Protocole d'accord préélectoral » Actualités

Article avocat Protocole d'accord préélectoral

Procédures de licenciement : attention aux "pièges" de la convention collective !

Par , Avocat - Modifié le 22-01-2013
L’irrespect de dispositions conventionnelles constituant pour le salarié une garantie "de fond" conduit à priver le licenciement de cause réelle et sérieuse.

C’est ce que vient de rappeler la Cour de cassation dans un arrêt publié du 9 janvier 2013.

La jurisprudence n’est pas nouvelle et impose une distinction entre des garanties qui ne seraient que de pure forme et d’autres qui toucheraient au fond, et privent dès lors le licenciement de cause réelle et sérieuse.

Et nombreux sont les "pièges" à cet égard dans les conventions collectives !

Quelques illustrations bien connues des praticiens.
 
  • La convention collective nationale des établissements d'hospitalisation, de soins, de cure et de garde à but non lucratif du 31 octobre 1951 prévoit en son article 16-10, qu'aucun licenciement ne peut intervenir, sauf le cas de faute grave, à l'égard d'un salarié qui n'a pas fait l'objet d'au moins deux sanctions préalables. Ainsi en l’absence de ces sanctions, le licenciement est sans cause réelle et sérieuse (Cass. soc., 6 déc. 2000, no 98-45.042).
  • De même, selon l'article 27-1 de la convention collective nationale de la banque, le licenciement ne devient effectif qu'après l'avis de la commission paritaire de la banque saisie s'il a été demandé par le salarié sanctionné. Il en résulte que la consultation de cet organisme constitue une garantie de fond justifiant le caractère  suspensif de ce recours ( Cass. soc., 17 mars 2010, no 09-40.038).

L’arrêt analysé fournit une nouvelle illustration de ces garanties dites "de fond".

En effet, le salarié est licencié alors que l'article 34 de la convention collective nationale du travail du personnel des institutions de retraites complémentaires, consacré à l'énumération des sanctions et à la procédure disciplinaire applicable, dispose en ses alinéas 4 et 5, que le motif de la mesure disciplinaire envisagée par la direction doit être notifié par écrit à l'intéressé avant que la mesure entre en application et que tout agent doit être entendu par la direction avant une mesure disciplinaire pour obtenir la justification du motif invoqué et faire valoir ses explications.

Il résulte pour la Cour de cassation "de ces dispositions qui concernent l'ensemble des mesures disciplinaires, que l'employeur doit, antérieurement à l'entretien préalable au licenciement pour motif disciplinaire, notifier au salarié par écrit les motifs de la mesure qu'il envisage ; que ce texte, qui institue une protection des droits de la défense supérieure à celle prévue par la loi, constitue une garantie de fond".

La Cour de cassation relève ensuite que la Cour d'appel, "qui a constaté que le salarié n'avait pas reçu, avant l'entretien préalable au licenciement, notification des motifs de la mesure de licenciement disciplinaire envisagée, en a exactement déduit que le licenciement était dépourvu de cause réelle et sérieuse".



Par Julie MENJOULOU-CLAVERIE  

Avocat Spécialiste en Droit du Travail, Droit de la Sécurité Sociale et de la Protection Sociale

Barreau de BORDEAUX


Source: Cass. Soc. 9 janvier 2013 n°11-25.646



       

  


    

Vos Réactions

  • FVRH - Visiteur Le 23-01-2013 à 17:07

    La recommandation patronnale du 2 décembre 2012 a fait l'objet d'un agréement. La condition ,en cas de licenciement pour faute non grave, de deux sanctions a été supprimée. La procédure de lencenciement pour cause réelle est sérieuse peut se dérouler "directement".
  • ovny - Membre Le 23-01-2013 à 20:40

    Cette décision peut elle être étendue au Reglement Intérieur ? Quid quand la convention collective prévoit une commission de discipline et le Reglement Intérieur une autre ?

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Julie MENJOULOU-CLAVERIE

Maître Julie MENJOULOU-CLAVERIE

Avocat au Barreau de BORDEAUX

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit Pénal
  • - Droit de la Protection Sociale

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.



© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés