Les 20 et 21 juin 2013, a eu lieu la deuxième conférence sociale.

A l'issue de ces réunions, le Premier Ministre n'a annoncé aucune mesure concrète pour l'emploi, pourtant au centre des discussions, ce qui inquiète les syndicats.

Aucune annonce n'a été faite, hormis celle d'un plan de formation. Celui-ci aurait pour objet de donner une formation à 30.000 chômeurs supplémentaires en septembre et décembre 2013.

Selon Jean-Marc Ayrault, Premier Ministre, "il faut utiliser sans délai les opportunités d'emplois non pourvus qui existent. Ce n'est pas un énième plan sans concertation. Ce n'est pas un effet d'annonce".

Le patronat s'est dit prêt à travailler sur le sujet cet été afin d'identifier les besoins des entreprises. Cela permettrait de pourvoir les emplois restés vacants faute de candidats.

Les syndicats sont stupéfaits par cette annonce, qui ne permettra pas d'enrayer les problèmes connus actuellement par l'emploi en France, tant l'importance de la mesure annoncée est faible.

Selon Thierry Lepaon, leader cégétiste, "ces 30.000 chômeurs, c'est une goutte d'eau dans l'océan".

Jean-Claude Mailly, de FO, a déclaré  "comme l'Insee l'a annoncé, le chômage va continuer à augmenter".

Pour la CFDT, qui souhaitait une mobilisation générale pour l'emploi, notamment par le recours aux contrats aidés, la mesure annoncée n'est pas à la hauteur. Laurent Berger, secrétaire générale de cette centrale, a reconnu que "ces annonces manquent de souffle. On sent bien que le Gouvernement n'a pas de marge de manœuvre financière". Selon lui, "il faudra lancer un nouveau plan en 2014, visant la formation de 100.000 chômeurs".

La réaction de la CFE-CGC est dans la même lignée. Carole Couvert, Présidente, a exprimé ses regrets : "nous sommes extrêmement déçus, c'est une véritable occasion manquée après le discours du Président de la République" qui, lors de l'ouverture de la conférence, annonçait vouloir s'attaquer aux 200.000 à 300.000 emplois vacants.

Les syndicats de salariés, face aux (non) mesures annoncées, sont donc totalement désabusés !

Michel Sapin, Ministre du travail, réunira syndicats et patronat courant juillet afin de recenser les besoins, par région et par secteur, préciser les outils utilisables immédiatement et mobiliser les financements.

Selon le le chef du Gouvernement, il faut "rendre ce plan opérationnel dès la rentrée de septembre".

"Info-plus" La préparation opérationnelle à l'emploi (POE)

La POE est destinée aux demandeurs d'emploi ne disposant pas de l'ensemble des compétences requises pour une offre d'emploi. Elle est destinée, avec l'accord du futur employeur, à combler l'écart entre les compétences détenues et celles requises pour occuper le poste.

Le dispositif s'applique à toute personne inscrite à Pôle emploi, qu'elle soit ou non indemnisée.

Cette préparation peut prendre en charge jusqu'à 400 heures de formation et peut se faire à temps plein ou temps partiel. La formation doit être réalisée soit par un organisme de formation interne à l'entreprise qui recrute, soit par une organisme de formation externe.

Source : Le Figaro et L'express, 22 juin 2013