La particularité de l'ordonnance pénale est qu’elle est rendue sans débat préalable dans des affaires qui sont considérées comme étant de faible gravité, et dans lesquelles il n’est pas nécessaire de prononcer une peine d’emprisonnement ou une peine d’amende supérieure à 5 000 euros. Les peines prononcées ne peuvent être qu’une amende, et/ou une ou plusieurs des peines complémentaires encourues. Le montant maximal de l'amende pouvant être prononcée est de la moitié de celui de l'amende encourue, sans pouvoir excéder 5 000 euros.

Droit d’opposition du Ministère public, du prévenu, et de la partie civile

L'ordonnance est ensuite transmise au Ministère Public qui, dans les dix jours, peut soit former opposition par déclaration au greffe du tribunal, soit en poursuivre l'exécution, c’est-à-dire la faire notifier au prévenu, et à la partie civile. Ces derniers disposent alors d'un délai de quarante-cinq jours pour former opposition c’est-à-dire pour permettre que l'affaire fasse l'objet d'un débat contradictoire et public devant le tribunal correctionnel, au cours duquel chaque partie pourra être assisté par un avocat, dont elle pourra demander la commission d'office.

Délits et contraventions connexes concernés

Cette procédure est applicable à tous les délits prévus par le Code de la route, aux contraventions connexes, aux délits en matière de réglementation relative aux transports terrestres, au délit d'usage de stupéfiants, ainsi qu'aux délits de vol, recel, filouterie, détournement de gage ou d'objet saisi, destruction et dégradation de bien privé, délit de fuite, vente à la sauvette, contrefaçon lorsqu'ils sont commis au moyen d'un service de communication au public en ligne, port et transport d'arme de la catégorie figurant sur une liste fixée par décret en Conseil d'État prévus à l'article L. 317-8 du code de la sécurité intérieure, ainsi qu'à l'ensemble des contraventions prévues par le code du travail.

Cas où la procédure d’ordonnance pénale n’est pas applicable

La procédure d'ordonnance pénale n'est pas applicable

  • si le prévenu était âgé de moins de dix-huit ans au jour de l'infraction,
  • si la victime a fait citer directement le prévenu devant le tribunal avant qu'ait été rendue l'ordonnance pénale,
  • et si le délit a été commis en même temps qu'un délit ou qu'une contravention pour lequel la procédure d'ordonnance pénale n'est pas prévue.

À propos de l’auteur

Commenter cet article

Pour commenter cet actualité, veuillez vous connecter.

Votre message a bien été enregistré.
Vous ne pouvez pas ajouter un nouveau commentaire. Un intervalle de 30 minutes est nécessaire entre chaque commentaire pour éviter les spams.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont destinées à Juritravail aux fins de traitement de votre demande et la réception d'information juridique par email. Elles font l’objet d’un traitement informatique destiné au service marketing de Juritravail.

Pour connaître et exercer vos droits, notamment de retrait de consentement à l'utilisation de vos Données, veuillez consulter notre Charte de protection des Données Personnelles et nous contacter à l'adresse suivante : [email protected].

loader Juritravail