Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit Routier, permis de conduire et automobile » Code de la Route : vos droits » Règles générales de sécurité routière » Actualités

Article avocat Règles générales de sécurité routière

L’enfant qui actionne fortuitement le démarreur d’une voiture est considéré comme conducteur en cas d’accident

Par , Avocat - Modifié le 02-08-2013
La Cour de cassation, dans un arrêt du 28 mars 2013, a jugé qu’est conducteur au sens de la loi du 05 juillet 1985 dite BADINTER pour l’indemnisation des victimes, l’adolescent qui, ayant pris place dans un véhicule et souhaitant écouter la radio, a fortuitement actionné le démarreur et mis la voiture en mouvement.

La s½ur de cet adolescent était assise sur les marches du perron de son habitation et a été percutée puis blessée par ce véhicule automobile, dont elle était d’ailleurs propriétaire.

Le droit à indemnisation contre le conducteur, selon la loi dite BADINTER, est intégrale en ce qui concerne le piéton, sauf en substance en cas de faute intentionnelle de sa part.

Ici, la s½ur avait donc la qualité de piéton, mais encore fallait-il savoir s’il y avait un conducteur pour le véhicule car c’est la notion de conducteur qui permet de retenir sa responsabilité et celle de l’assureur.

La Cour d’appel a considéré que l’adolescent n’avait pas l’intention d’être conducteur et avait donc mis hors de cause l’assureur.

La Cour de cassation précise que l’intention de déplacer le véhicule, c’est-à-dire l’intention d’être le conducteur, est une condition qui n’existe pas dans la loi BADINTER. Dès lors, elle casse et annule l’arrêt de la Cour d’appel, en précisant par conséquent que dès lors que la man½uvre de l’adolescent avait mis en mouvement la voiture, il avait forcément en substance la qualité de conducteur.

Cet arrêt est important car il doit attirer l’attention sur la responsabilité de toute personne qui, intentionnellement ou non, met en mouvement un véhicule automobile. La responsabilité de cette personne peut alors être engagée en sa qualité de conducteur ; l’assureur peut alors être tenu pour responsable et indemniser toutes les victimes de cette mise en marche voulue ou fortuite.

La Cour de cassation n’exige donc pas la démonstration traditionnelle de la garde du véhicule par le conducteur. La notion de garde est en effet le pouvoir de contrôler la direction de la chose : il n’est pas sûr évidemment en l’espèce que tel était bien le cas de cet adolescent et d’ailleurs le « conducteur » ici était assis sur le siège passager avant !

Les conditions d’application de la loi dite BADINTER sont donc allégées par cet arrêt.

Par Maître Franck PETIT,
Avocat (Barreau de DIJON)

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Franck PETIT

Maître Franck PETIT

Avocat au Barreau de DIJON

  • Droit Pénal
  • - Droit des Assurances
  • - Droit Routier, permis de conduire et automobile

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.