Les industries françaises commencent à avoir du mal à recruter. En effet, il devient quasi impossible de trouver certains profils alors que des postes à pourvoir existent. C’est notamment le cas de la PME Armor Lux qui, faute de trouver les couturières dont elle a besoin pour son usine de Quimper, va créer une filière d’apprentissage pour former ses futures recrutées.

Mais ce n’est pas la seule entreprise dans ce cas là. En effet, beaucoup de métiers industriels peinent pour trouver les candidats ainsi que pour susciter des vocations. Le président du groupe d’intérim et de recrutement Randstad constate qu’il y a un vrai paradoxe entre un niveau de chômage élevé en France et des entreprises qui ne trouvent pas de candidats pour des postes en recrutements.

Pour lui, ce problème vient de l’image collective qu’ont ces métiers dans l’opinion publique. En effet, beaucoup imagine que le textile et l’industrie c’est comme il y a 50 ans alors que l’environnement a beaucoup changé et que les salaires ont été revus à la hausse et que des parcours professionnels sont possibles.
 

Joël Mendez, un directeur emploi et formation au sein de l’UIMM (Union des Industries et des Métiers de la Métallurgie) a affirmé que l’on communiquait beaucoup sur les destructions d’emplois alors que les besoins en recrutements pour les secteurs d’activité de la métallurgie restent toujours élevés. En effet, sont disponibles entre 60 000 et 80 000 postes par an, dont 30 à 40 % réservés aux jeunes diplômés. En outre, il estime qu’il faut adapter les dispositifs de formation aux besoins, tant en formation initiale qu’en formation continue. Il prend ainsi l’exemple de l’apprentissage où les effectifs dans la branche de la métallurgie ont progressé de 6 % en 2011.
 

Anne Marie Bjornson, pour l’Afpa Transitions, évoque quant à elle des moyens de monter des formations notamment dans le cadre de la préparation opérationnelle à l’emploi ou dans le cadre de contrats de professionnalisation.

« Info Plus » Recrutement

Il existe différentes voies pour recruter une personne. D’une part, il y a le recrutement interne. En effet, l’employeur est libre de recourir par priorité à un recrutement interne. Cependant, il doit tout de même vérifier que la convention collective ou un accord d’entreprise ne lui impose pas soit une simple obligation d’information du personnel du poste vacant afin de permettre aux personnes qui le souhaitent de postuler concurremment avec les candidats externes, soit des obligations plus contraignantes résultant de la mise en application de plans de promotion existants.

D’autre part, il y a le recrutement externe. Pour cela, l’employeur peut recourir à diverses procédures : au service public de l’emploi, aux cabinets de recrutements, aux agences de travail temporaire, aux centres de placement d’écoles professionnelles, aux candidatures spontanées, à la diffusion d’offres d’emploi dans la presse ...

Et vous, est ce que cela vous plairait d’exercer un métier dans l’industrie ?

 

Par Juritravail

Source : Le Figaro, le 23 avril 2012