Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit des affaires » Droit Commercial » Gérer son activité commerciale » Relation de l'entreprise avec les administrations » Actualités

Brève Relation de l'entreprise avec les administrations

Evolution des obligations comptables des commerçants dès 2016

Par - Modifié le 24-07-2015

Evolution des obligations comptables des commerçants dès 2016 Juritravail

Pour les exercices comptables ouverts à compter du 1er janvier 2016, les entreprises sont tenues de se conformer aux nouvelles exigences européennes.

La directive européenne comptable (n°2013/34/UE) du 26 juin 2013, qui fusionne les deux directives (4ème directive de 1978 et 7ème directive de 1983) jusque-là en vigueur, concerne les comptes sociaux et les comptes consolidés des entreprises. Elle a été transposée en droit français par l'ordonnance (n°2015-900) du 23 juillet 2015 relative aux obligations comptables des commerçants.

La réforme qui devrait simplifier la vie des petites entreprises tout en améliorant la comparabilité des états financiers au sein de l'Union européenne, s'applique aux exercices comptables ouverts à compter du 1er janvier 2016 ou au cours de l'année civile 2016.

Si la nouvelle directive comptable ne crée pas de rupture majeure avec le droit européen en vigueur, elle bouleverse cependant certaines habitudes et règles. Notons qu'elle ne met pas en place un référentiel comptable unique, intégralement harmonisé au niveau européen, comme souhaité par certains, en raison notamment de l'absence d'une véritable autorité européenne de normalisation.

La réforme unifie le contenu de l'annexe comptable des petites entreprises. Se trouve concernée par cette annexe l'entreprise qui, à la date de clôture, ne dépasse pas les limites chiffrées d'au moins 2 des 3 critères suivants :

  • 4.000.000 euros de total du bilan ;
  • 8.000.000 euros de chiffre d'affaires net ;
  • 50 salariés en moyenne au cours de l'exercice.

L'annexe comptable des entreprises moyennes et grandes est enrichie sur la base de ce socle commun. Les seuils d'entreprises, déterminant notamment l'obligation de consolidation des comptes ou certaines exigences de transparence extra-financière accrues, sont harmonisés au niveau européen.

Les articles L123-13 à L123-20 du Code de commerce relatifs aux comptes sociaux et portant sur les grands principes comptables (permanence des méthodes, prudence, non-compensation, continuité d'exploitation), sont mis à jour avec des précisions de limites dans certains cas.

Les articles L232-1 à L233-25 et L247-1 du Code de commerce relatifs à la vie juridique des sociétés et aux comptes consolidés sont modifiés. Dans le rapport de gestion, il introduit la mention obligatoire des succursales existantes de l'entreprise. Ni l'adresse précise, ni aucune autre information supplémentaire relative à ces succursales ne sont exigées par l'ordonnance.
Dans les comptes, l'ordonnance modifie l'article L233-16 relatif à la notion de contrôle des filiales, met en conformité avec la directive les diverses conditions d'établissement des comptes consolidés et opte pour une exemption des groupes dits "moyens" de l'obligation liée à ces comptes.

La disposition du cadre comptable législatif à laquelle l'ordonnance apporte une modification substantielle est la notion de contrôle au sein de l'article L233-16 du Code de commerce. Cette notion est clairement distincte de la notion d'influence notable.
Les entreprises doivent désormais dans le rapport de gestion, mentionner obligatoirement les succursales.

L'ordonnance est complétée par le décret (n°2015-903) du 23 juillet 2015 qui modifie la partie réglementaire du Code de commerce et vient préciser les articles législatifs du code relatifs à la comptabilité des commerçants, aux filiales et participations et aux comptes consolidés.

Notre dossier

Vous avez besoin d'un conseil d'avocat pour Relation de l'entreprise avec les administrations ?

3 avocats vous proposent, sous 48h, un RDV en cabinet

Envoyer votre demande

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.

Publicité