Accueil » Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT » Comité d'Entreprise (CE) » La fin du mandat de l'élu du CE » Licenciement d'un membre du CE » Salarié protégé : contestez le licenciement » Actualités

Article avocat Salarié protégé : contestez le licenciement

Salarié protégé : Même si le terme de la protection approche, l’autorisation de licencier un salarié protégé doit être demandée

Par , Avocat - Modifié le 10-04-2015

La Cour de cassation vient de rappeler que, dans la mesure où le salarié bénéficie du statut protecteur à la date d’envoi de la convocation à l’entretien préalable, peu importe que la lettre de licenciement soit envoyée postérieurement à l’expiration de la période de protection : l’autorisation de licencier le salarié protégé doit être demandée à l’inspecteur du travail.

En l’espèce, il s’agissait d’un salarié élu délégué du personnel dont la protection expirait le 24 décembre 2006. Il avait été convoqué à un entretien préalable au licenciement le 18 décembre 2006, puis licencié pour faute lourde le 9 janvier 2007.

L’employeur n’avait pas demandé l’autorisation préalable de licenciement auprès des services administratifs dans la mesure où la notification du licenciement intervenait, à une date à laquelle le salarié n’était plus protégé.

Fort logiquement, la Cour de cassation a estimé que le licenciement était nul au motif que la protection du salarié était toujours en cours à la date d’envoi de la convocation à l’entretien préalable.

C’est donc bien au moment de l’engagement de la procédure que doit être appréciée l’existence d’un statut protecteur. Pour autant, il parait certainement hasardeux et risqué de tenter d’échapper au contrôle de l’inspecteur du travail en retardant de quelques jours l’envoi d’une convocation à entretien préalable, en considération de l’arrêt rendu.

En effet, l’avocat du salarié ne manquera sans doute pas de soulever cette pirouette procédurale et d’invoquer en conséquence la fraude aux droits du salarié protégé, ce qui a minima, colorera négativement le dossier, créant chez les conseillers prud’homaux une suspicion légitime quant au bien-fondé du licenciement.

Par Me MARILYN MAUDET-BENDAHAN

AVOCATE AU BARREAU DE NANTES.

Source

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Marilyn MAUDET-BENDAHAN

Maître Marilyn MAUDET-BENDAHAN

Avocat au Barreau de NANTES

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT
  • - Procédure Judiciaire

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.



© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés