Accueil » Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT » Comité d'Entreprise (CE) » Les attributions du CE » Le statut de l'élu du CE » Actualités

Article avocat Le statut de l'élu du CE

Cause de l'inaptitude, le salarié protégé peut s'adresser aux prud'hommes

Par , Avocat - Modifié le 03-02-2014

Et si le salarié protégé pouvait finalement s'adresser aux prud'hommes sans attaquer l'autorisation rendue par l'inspection du travail ?

Par deux arrêts rendus respectivement les 20 et 27 novembre 2013 par le Conseil d'État et la Cour de cassation, il a été jugé que si le salarié protégé licencié pour inaptitude ne peut réclamer l'annulation de l'autorisation de licenciement délivrée par l'inspecteur du travail au motif que cette inaptitude aurait pour origine le harcèlement que lui faisait subir l'employeur, il peut en revanche saisir le conseil de prud'hommes d'une demande d'indemnisation de tous les préjudices consécutifs au harcèlement (ce qui inclut des dommages-intérêts pour perte d'emploi).

Ainsi, même si le juge administratif valide l'autorisation de licenciement donnée par l'inspecteur du travail, le salarié protégé peut s'adresser au conseil de prud'hommes pour qu'il soit cette fois-ci examiné l'origine de l'inaptitude qui a conduit à son licenciement. Ainsi, la haute juridiction aligne sa jurisprudence relative au salarié non protégé puisqu'il est admis que ce dernier, licencié pour inaptitude, puisse agir en annulation de ce licenciement devant le juge judiciaire, s'il parvient à établir que cette inaptitude trouve en réalité sa cause dans des actes de harcèlement moral qu'il a subis (Cass. Soc. 24 juin 2009, n° 07-43994).

En effet, explique le Conseil d'État, l'inspecteur du travail saisi d'une demande d'autorisation de licenciement pour inaptitude n'a pas à rechercher l'origine de cette inaptitude. Il ne peut donc ensuite lui être reproché d'avoir autorisé le licenciement alors que l'inaptitude trouvait son origine dans un harcèlement moral. La décision précise ainsi que « si l'administration doit vérifier que l'inaptitude physique du salarié est réelle et justifie son licenciement (respect notamment de l'obligation préalable de reclassement), il ne lui appartient pas, dans l'exercice de ce contrôle, de rechercher la cause de cette inaptitude, y compris dans le cas où la faute invoquée résulte d'un harcèlement moral dont l'effet, selon les dispositions combinées des articles L1152-1 à L1152-3 du Code du travail, serait la nullité de la rupture du contrat de travail ; ce faisant, la décision de l'inspecteur du travail ne fait pas obstacle à ce que le salarié, s'il s'y estime fondé, fasse valoir devant les juridictions compétentes les droits résultant de l'origine de l'inaptitude lorsqu'il l'attribue à un manquement de l'employeur».

Dès le 27 novembre 2013, la Cour de cassation a intégré ce principe dans sa propre jurisprudence : « L'autorisation de licenciement donnée par l'inspecteur du travail ne fait pas obstacle à ce que le salarié fasse valoir devant les juridictions judiciaires tous les droits résultant de l'origine de l'inaptitude lorsqu'il l'attribue à un manquement de l'employeur à ses obligations ». Dans cet arrêt, la Haute juridiction a ainsi validé l'attribution au salarié de 35.000 ¤ à titre de dommages-intérêts au titre des agissements de harcèlement moral subis (et discrimination) et de 100.000 ¤ à titre de dommages-intérêts pour perte d'emploi. 

Contrairement à ce que faisait valoir l'employeur, l'attribution de dommages-intérêts pour perte d'emploi n'a pas été jugée contraire au principe de séparation des pouvoirs entre les deux ordres de juridiction. En effet, puisque, pour délivrer l'autorisation de licenciement, l'inspecteur du travail n'a pas à faire porter son contrôle sur l'existence d'un harcèlement, le juge judiciaire conserve la possibilité de se prononcer sur les demandes afférentes à ce harcèlement qui lui sont présentées par le salarié. Le licenciement pour inaptitude ne sera donc pas remis en cause (puisque l'autorisation reste valable), néanmoins l'indemnisation susceptible d'être accordée par le juge judiciaire au titre de l'origine de l'inaptitude (le harcèlement) se rapprochera finalement de celle attribuée en cas d'annulation.

Par Me Jean-philippe SCHMITT

Avocat à DIJON (21)

Spécialiste en droit du travail

Source

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Jean-Philippe SCHMITT

Maître Jean-Philippe SCHMITT

Avocat au Barreau de DIJON

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit de la Famille - Divorce
  • - Droit de l'Immobilier et de la Construction
  • - Droit de la Consommation

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.



© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés