Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit du Travail Salarié » Conflits & Relations de Travail » Harcèlement sexuel au travail : que faire ? » Actualités

Article avocat Harcèlement sexuel au travail : que faire ?

Un salarié qui courtise avec insistance une collègue commet un harcèlement sexuel

Par , Avocat - Modifié le 12-11-2015

Peut être licencié pour harcèlement sexuel constitutif d’une faute grave le salarié qui envoie de manière insistante à une collègue nouvellement embauchée de nombreux courriers et courriels contenant propositions et déclarations, des invitations qu'elle a toujours refusées ainsi que des bouquets de fleurs et qui a exprimé le souhait de la rencontrer seule dans son bureau et qui a reconnu sa propre insistance ou sa lourdeur.

La Cour de cassation met en évidence un critère permettant de distinguer le sentiment amoureux du harcèlement : c'est l'insistance de son auteur malgré le refus exprimé par la personne poursuivie de ses assiduités (1).

Il est rappelé que l’article L 1153-1 du Code du travail caractérise le harcèlement sexuel comme les agissements de harcèlement de toute personne dans le but d'obtenir des faveurs de nature sexuelle à son profit ou au profit d'un tiers.

Tel est le cas d’un salarié ayant eu à l'égard de plusieurs salariées, en dépit de leurs  protestations, des attitudes et des propos déplacés dans le but manifeste d'obtenir des faveurs de nature sexuelle ; ainsi, le fait pour un salarié de dire à une de ses collègues, qui n'est pas placée sous sa responsabilité hiérarchique, en présence d'autres salariés de l'entreprise, « si tu veux qu'elle t'embauche, il faut que tu t'allonges » et, à une autre occasion, de lui glisser dans la poche de son pantalon son numéro de téléphone, de l’inviter à son domicile, de l'accompagner pendant ses temps de pause et de lui prendre son stylo en lui demandant ce qu'elle donnerait en échange, constitue un harcèlement sexuel (2).

 

Par Stéphanie Jourquin

Avocat au barreau de Nice

 

Sources : 

(1) Cass. Soc., 28 janvier 2014, n°12-20.497

(2) Cass. Soc., 1er décembre 2011, n°10-18.920

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Stéphanie JOURQUIN

Maître Stéphanie JOURQUIN

Avocat au Barreau de NICE

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT
  • - Droit Commercial

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à côté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.