A l'occasion du cas d'une infirmière qui avait contraint une patiente agée et fragile de parler de Dieu et de la religion, la Cour d'Appel de Versailles a jugé que ce comportement caractérisé une faute disciplinaire et justifiait le licenciement de la salariée.

Même, si l'employeur assure le droit au respect des convictions religieuses du salarié, ce dernier ne doit pas abuser de ce droit  et avoir un comportement manifestement prosélyte au sein de l'entreprise.

Par Me Benaïm

35, rue St Jacques
13006 Marseille
Tel 04 84 25 83 98
Fax 04 84 25 83 87


À propos de l’auteur

Commenter cet article

Pour commenter cet actualité, veuillez vous connecter.

Votre message a bien été enregistré.
Vous ne pouvez pas ajouter un nouveau commentaire. Un intervalle de 30 minutes est nécessaire entre chaque commentaire pour éviter les spams.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont destinées à Juritravail aux fins de traitement de votre demande et la réception d'information juridique par email. Elles font l’objet d’un traitement informatique destiné au service marketing de Juritravail.

Pour connaître et exercer vos droits, notamment de retrait de consentement à l'utilisation de vos Données, veuillez consulter notre Charte de protection des Données Personnelles et nous contacter à l'adresse suivante : [email protected].

loader Juritravail