Accueil » Droit de la Consommation » Obligations du vendeur » Vente à distance » Actualités

Brève Vente à distance

Alcool : quelles interdictions pour les professionnels ?

Par - Modifié le 09-11-2016

Alcool : quelles interdictions pour les professionnels ? Pixabay

L'interdiction de vendre ou d'offrir de l'alcool à des mineurs a été étendue aux objets incitant directement à la consommation excessive d'alcool.
Vous êtes un commerçant situé non loin de la sortie d'un collège ou d'un lycée, ou même en centre-ville. Outre votre clientèle habituelle, votre bar accueille, assez régulièrement, des clients mineurs. Propriétaire ou gérant d'un magasin de farce et attrape, une partie de votre clientèle se compose de personnes mineures (adolescents…). L'un d'entre eux commande de l'alcool ou achète des objets incitant à la consommation d'alcool (jeux…), que devez-vous faire ? Que risquez-vous ? Quelles sont vos obligations ?

L'interdiction de vendre ou d'offrir de l'alcool


Que vous soyez propriétaire d'un bar, gérant d'un magasin de farce et attrape ou même vendeur dans un supermarché, il vous est interdit de vendre des boissons alcooliques à des mineurs.


Encore, barman ou barmaid dans un bar ou dans un hôtel, que vous teniez la buvette de votre village pendant le bal, vous ne pouvez pas non plus offrir une boisson alcoolisée à titre gratuit à des mineurs (1).


Respecter cette interdiction, n'est pas toujours chose aisée pour les professionnels. En effet, comme vous l'avez sans doute déjà constaté, il est de plus en plus difficile de présumer de l'âge de bon nombre d'adolescents. Pourtant, en cas de non-respect de cette obligation, vous encourez une peine d'amende pouvant aller jusqu'à 7 500 euros. Vous encourez également des peines complémentaires, telles que l'obligation d'accomplir un stage ou l'interdiction temporaire de vente d'alcool (2).


Il est alors vivement conseillé de demander la pièce d'identité de la personne qui souhaite acheter de l'alcool ou qui commande une boisson alcoolisée au bar ! Si cette pratique peut paraître contraignant, elle peut vous éviter bien des désagréments !

Elle est donc bien loin l'époque où les parents mettaient du vin dans la gourde de leurs enfants pour aller à l'école…


L'interdiction étendue à la vente d'objets


Depuis la loi de modernisation de notre système de santé (3), l'interdiction de vendre ou d'offrir de l'alcool s'est étendue aux objets. Ainsi, désormais, en tant que commerçant, vous ne pouvez ni offrir à titre gratuit, ni de vendre à un mineur, tout objet l'incitant directement à la consommation excessive d'alcool (4).


Vous devez donc faire preuve de vigilance, d'autant que vous encourez les mêmes peines que celles applicables en cas de vente d'alcool à des mineurs (2). Donc un conseil : en cas de doute, n'hésitez pas à demander une pièce d'identité, quitte à laisser passer une vente, cela vous évitera tout désagrément d'une plus grande gravité que la perte d'une vente.


Mais qu'entend-on par objets incitant directement à la consommation ? Un décret devait définir la notion d'objets. Se faisant un peu attendre, il a été publié le 6 octobre 2016 (5)!


Ainsi, sont considérés comme de tels objets les (6)  :

  • jeux ;
  • vêtements ;
  • accessoires de mode ;
  • éléments décoratifs ;
  • ustensiles pour appareils électroniques, sous certaines conditions ;

En clair, si vous vendez des jeux à boire, soyez vigilant à l'âge de vos clients ! S'ils sont mineurs, refusez de leur vendre le jeu en question. De même, vous ne pouvez pas vendre un bouchon doseur d'une marque d'alcool aux mineurs.

Si votre enfant consomme régulièrement de l'alcool et que vous vous sentez démuni :

Références :
(1)    Article L3342-1, alinéa 1er du Code de la santé publique
(2)    Article L3353-3 du Code de la santé publique
(3)    Loi n°2016-41 du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé
(4)    Article L3342-1, alinéa 2 du Code de la santé public
(5)    Décret n°2016-1329 du 6 octobre 2016 déterminant les objets incitant directement à la consommation excessive d'alcool et dont la vente ou l'offre est interdite aux mineurs
(6)    Article R3342-1 du Code de la santé publique

Vous avez besoin d'un conseil d'avocat pour Vente à distance ?

3 avocats vous proposent, sous 48h, un RDV en cabinet

Envoyer votre demande

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com



30 000 professionnels MyBestPro disponibles sur :


© 2003 - 2019 JuriTravail tous droits réservés