Le 2 juillet 2015, l'administration a mis à jour sa base de BOFiP concernant le dispositif du report d'imposition des plus-values réalisées par les particuliers lors de l'apport des titres à une société contrôlée.

Parmi les nouveaux commentaires, qui ont fait d'ailleurs l'objet d'une consultation publique jusqu'au 24 juillet 2015, le plus significatif semble être la possibilité de mettre en ½uvre la procédure de l'abus de droit fiscal prévue à l'article L 64 du Livre des procédures fiscales lorsque la soulte reçue par le contribuable ne présente pas d'intérêt économique pour la société et est uniquement motivée par la volonté de l'apporteur de bénéficier d'une somme d'argent non immédiatement taxable alors même que son montant n'excède pas 10% des titres reçus prévu par l'article 150-0 B ter du Code Général des Impôts.

Conformément aux dispositions de l'article 150-0 B ter, l'imposition de la plus-value réalisée lors de l'apport de titres à une société soumise à l'impôt sur les sociétés est reportée de plein droit lorsque la société bénéficiaire de l'apport est contrôlée par le contribuable et que le montant de la soulte reçue, le cas échéant, n'excède pas 10 % de la valeur nominale des titres reçus à l'échange.

La mise à jour du 2 juillet 2015 du site de BOFiP (BOI-BOI-RPPM-PVBMI-30-10-60 n°170, 02-07-2015) précise que :

"Toutefois, l'administration a toujours la possibilité, dans le cadre de la procédure de l'abus de droit fiscal, prévue à l'article L. 64 du Livre des procédures fiscales (LPF), notamment d'imposer la soulte reçue, s'il s'avère que cette opération ne présente pas d'intérêt économique pour la société bénéficiaire de l'apport, et est uniquement motivée par la volonté de l'apporteur d'appréhender une somme d'argent en franchise immédiate d'impôt et d'échapper ainsi notamment à l'imposition de distributions du fait de ce désinvestissement."

Il en ressort clairement que l'administration fiscale souhaite contester les abus de "soulte" alors même que la condition relative à son montant est prévue expressément par la loi.

Plus de news sur le site du Cabinet :

http://www.iea-avocats.fr/

Par Chemouli Dalin Stoloff Associés

42 rue Notre-Dame des Champs

75006 Paris

À propos de l’auteur

Commenter cet article

Pour commenter cet actualité, veuillez vous connecter.

Votre message a bien été enregistré.
Vous ne pouvez pas ajouter un nouveau commentaire. Un intervalle de 30 minutes est nécessaire entre chaque commentaire pour éviter les spams.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont destinées à Juritravail aux fins de traitement de votre demande et la réception d'information juridique par email. Elles font l’objet d’un traitement informatique destiné au service marketing de Juritravail.

Pour connaître et exercer vos droits, notamment de retrait de consentement à l'utilisation de vos Données, veuillez consulter notre Charte de protection des Données Personnelles et nous contacter à l'adresse suivante : [email protected].

loader Juritravail