Prise d'acte : comment bien gérer la rupture du contrat de travail d'un salarié ?

illustration aperçu dossier.svg

Prise d'acte : comment bien gérer la rupture du contrat de travail d'un salarié ?

Photo de Alice Lachaise

Rédigé par Alice Lachaise

Mis à jour le 05 juillet 2024

18052 utilisateurs ont déjà consulté ce dossier

Découvrez notre dossier complet sur la prise d'acte de la rupture du contrat, par l'un de vos salariés. Comment gérer cette situation, comment réagir, quelles conséquences sur votre entreprise ? Notre dossier vous aide à tout comprendre sur ce mode de rupture de contrat et en connaître ses effets. Inclus dans ce dossier : une lettre de réponse au salarié suite à sa prise d'acte. ... Lire la suite

18,00€ TTC

Faites votre choix parmi les 2 options suivantes :

Ce dossier seul :

18€ TTC

ou

Illustration question

Ce dossier + tester notre formule CSE sans engagement !

Un juriste répond à vos questions + Accédez en illimité à tous nos documents dont celui-ci

Recommandé


illustration people

Rédigé par un juriste

illustration prêt à l'emploi

Prêt à l’emploi

illustration telechargement immédiat

Téléchargement immédiat


illustration-question

Nos juristes experts vous accompagnent au quotidien

Gagnez en temps et en sérénité, nous répondons à vos questions dans tous les domaines de droit !

Plus d'infos au 01 75 75 36 00 !

Découvrir notre assistance juridique

Le droit plus simple au quotidien

En bref

Qu'est-ce qu'une prise d'acte ? Définition

Un salarié peut prendre acte de la rupture de son contrat de travail, lorsqu’il estime être victime d’un manquement grave de votre part, aux obligations contractuelles qui vous incombent.  

Ce mode de rupture nécessite que le salarié saisisse le conseil de prud’hommes. Les conséquences sont celles, soit d’un licenciement sans cause réelle et sérieusesoit d'une démission, selon que les juges estiment la prise d’acte justifiée ou non. 

Ainsi, la qualification retenue aura une incidence financière substantielle pour vous.

Notre dossier vous aide à comprendre ce mode de rupture du contrat de travail et fait le point sur vos droits et obligations, face à cette situation.

Comment se déroule une prise d'acte de la rupture de contrat d'un salarié ?

La prise d'acte est réalisée à l'initiative du salarié, lorsqu'il estime que les manquements de son employeur sont suffisamment grave pour empêcher la poursuite de son contrat.

Information de l'employeur concernant la prise d'acte

Le salarié doit informer l'employeur qu'il prend acte de la rupture de son contrat de travail. Il lui est recommandé de e faire par écrit.

Le salarié cesse de travailler et son contrat est rompu au moment où il prend acte de la rupture

Lorsque le salarié prend acte de la rupture de son contrat, son contrat est rompu immédiatement et il cesse de travailler.

L'employeur peut répondre à la prise d'acte de la rupture du contrat : votre modèle de lettre inclus dans ce dossier !

L'employeur peut alors répondre au salarié, pour contester les manquements qui lui sont reprochés ou pour demander plus d'information, ou encore pour lui indiquer les modalités de mise à disposition des documents de fin de contrat.

Le salarié saisi le Conseil de prud'hommes pour que la prise d'acte soit jugée justifiée ou injustifiée

Dans le cadre d'une prise d'acte, le salarié doit impérativement saisir le Conseil de prud'hommes. Ainsi, les juges pourront vérifier si la prise d'acte est justifiée ou injustifiée. Les effets sont différents selon la décision prud'homale.

Effets de la prise d'acte : requalification en licenciement sans cause réelle et sérieuse ou en démission

Si les juges considèrent la prise d'acte comme justifiée, elle sera requalifiée en licenciement sans cause réelle et sérieuse. Au contraire, si les juges estiment la prise d'acte injustifiée, elle sera requalifiée en démission.

Les effets de la prise d'acte sur l'employeur : fin de contrat, indemnités, conséquences financières

La prise d'acte a des effets directs sur l'entreprise. En effet, à la date de la prise d'acte, le salarié cesse de travailler et son contrat est rompu immédiatement. Il est donc important de savoir comment faire et comment réagir, en tant qu'employeur (réponse au salarié, mise à disposition de documents de fin de contrat...).

De plus, les conséquences financières peuvent être importantes pour l'employeur, en fonction de la décision du conseil de prud'hommes.

Si la prise d'acte est injustifiée, l'employeur aura peu d'indemnités à verser à son salarié (en revanche, ce dernier lui en sera peut-être redevable).

Si, au contraire, la prise d'acte est justifiée, l'employeur devra verser au salarié des indemnités, qui varient selon les situations (indemnité pour licenciement sans cause réelle et sérieuse ou pour licenciement nul, indemnité légale de licenciement, etc.)

Pour en savoir plus sur comment réagir et sur les conséquences financières de la prise d'acte sur votre entreprise, n'hésitez pas à télécharger ce dossier. Vous trouverez toutes les réponses à vos questions : conditions de la prise d'acte, types de manquements qui peuvent vous être reprochés, comportement à adopter (un modèle de lettre de réponse à la prise d'acte est inclus), effets de la prise d'acte et conséquences financières sur votre entreprise... 

Dans quels cas utiliser ce dossier sur la prise d'acte de la rupture du contrat aux torts de l'employeur ?

Votre salarié vous informe qu’il souhaite rompre son contrat de travail à vos torts exclusifs, car, selon lui, les faits qu’il vous reproche sont d’une telle gravité que la relation contractuelle ne peut pas se poursuivre. 

La prise d'acte ouvre la possibilité pour le salarié de rompre son contrat de travail de sa propre initiative, tout en vous en imputant la responsabilité.

Quelles sont les conditions de la prise d’acte par le salarié ? Quelle différence entre une prise d'acte et une résiliation judiciaire du contrat de travail ? Un salarié en arrêt maladie peut-il prendre acte de la rupture de son contrat de travail ? La prise d'acte en présence de faits de harcèlement moral est-elle possible ? Êtes-vous en droit de refuser la prise d’acte de votre salarié ? Quelle attitude pouvez-vous adopter ? Pouvez-vous répondre au salarié et contester les reproches qu’il vous adresse ? Quels sont les effets de la prise d’acte ? 

Notre dossier répond à toutes ces questions et vous aide à bien gérer une telle situation.

Contenu du dossier :

Ce dossier vous permet de comprendre et gérer la prise d’acte, en veillant au respect de vos droits et obligations. 

Voici les points importants traités dans ce dossier :

  • les conditions pour que le salarié prenne acte de la rupture de son contrat ;
  • le formalisme à respecter par le salarié ;
  • des exemples de manquements qui justifient la prise d’acte ;
  • des exemples de prise d’acte abusive ;
  • les réponses possibles à apporter au salarié ;
  • les modalités de remise des documents de fin de contrat au salarié ;
  • les conséquences financières de la prise d’acte ;
  • les sanctions pour l’employeur ;
  • les conséquences d'une prise d'acte injustifiée ou justifiée ;
  • les effets d'une prise d'acte requalifiée en démission ou en licenciement sans cause réelle et sérieuse ;
  • ...

Nous mettons à votre disposition, dans ce dossier, des questions réponses pratiques, une fiche explicatives complète sur les conséquences financières de la prise d'acte sur votre entreprise, et un modèle de réponse au salarié qui a pris acte de la rupture de son contrat. 

Les notions clés abordées dans ce dossier :

Illustration dossier
icône case à cocher

Prise d’acte de la rupture du contrat de travail

icône case à cocher

Conditions et formalités

icône case à cocher

Préavis

icône case à cocher

Répondre au salarié

icône case à cocher

Contester les faits

icône case à cocher

Exemples

icône case à cocher

Prise d'acte abusive

icône case à cocher

Conséquences financières

icône case à cocher

Refus employeur

icône case à cocher

Harcèlement moral

icône case à cocher

Arrêt maladie

icône case à cocher

Prise d'acte du salarié protégé

icône case à cocher

Requalification et effets

icône case à cocher

Prise d'acte et résiliation judiciaire

Le plan du dossier

  • I. Les conditions de la prise d’acte par le salarié
  • Tout salarié peut-il prendre acte de la rupture de son contrat de travail ?
  • Quelle est la différence entre la prise d'acte de la rupture d'un contrat et la résiliation judiciaire ?
  • Un salarié représentant du personnel peut-il aussi rompre son contrat de travail aux torts de l’employeur ? Quelles spécificités ?
  • Dans quels cas le salarié peut-il prendre acte de la rupture de son contrat de travail ?
  • Quelles formalités le salarié qui prend acte de la rupture de son contrat de travail doit-il respecter ?
  • Un salarié en arrêt maladie peut-il prendre acte de la rupture de son contrat de travail ?
  • Un salarié peut-il prendre acte de la rupture de son contrat de travail en présence de faits de harcèlement moral ?
  • Le salarié qui prend acte de la rupture de son contrat doit-il respecter un préavis ?
  • L’employeur peut-il prendre acte de la rupture du contrat de travail si le salarié commet des manquements ?
  • Dans quels cas les juges ont-ils considéré que la prise d’acte était justifiée ?
  • Dans quels cas les juges ont-ils considéré que la prise d’acte n’était pas justifiée ?
  • II. L’attitude de l’employeur lors du départ du salarié de l’entreprise
  • Un employeur peut-il refuser la prise d’acte d’un salarié ?
  • L’employeur qui reçoit une lettre de prise d’acte de son salarié peut-il répondre ?
  • L’employeur peut-il refuser de donner au salarié qui a fait une prise d’acte, les documents de fin de contrat ?
  • Suite à une prise d’acte, quel motif l'employeur doit-il indiquer sur l'attestation France Travail (ex- attestation Pôle emploi) ?
  • L’employeur peut-il refuser de donner au salarié, qui a fait une prise d’acte, son solde de tout compte ?
  • III. Les effets de la prise d’acte pour l’employeur
  • Quels peuvent être les effets d’une prise d’acte ?
  • Quelles sont les conséquences financières d’une prise d’acte justifiée ?
  • Quelles sont les conséquences financières d’une prise d’acte injustifiée ?
  • L’employeur peut-il réclamer une indemnité au salarié qui a abusivement pris acte de la rupture de son contrat de travail ?
  • Quels sont les effets de la prise d’acte justifiée par un salarié protégé ?

Ce dossier contient également

letter

1 Modèle de lettre

fiche-express

1 Fiche express

La question du moment

Dans quels cas les juges ont-ils considéré que la prise d’acte était justifiée ?

Pour savoir si la prise d'acte du salarié est justifiée, les juges recherchent (1) :

  • si l'employeur a véritablement commis un manquement. Est-ce que le manquement existe ? ;
  • si oui, ils apprécient, au vu des circonstances de l'affaire, la gravité du manquement commis par l'employeur. Le manquement est-il d'une telle gravité qu'il empêche la poursuite du contrat de travail ?

Si les juges répondent oui à chacune de ces 2 questions, alors ils considèrent la prise d'acte justifiée.

C'est le cas par exemple lorsque :

  • l'employeur ne rémunère pas les heures supplémentaires et les week-end travaillés par le salarié ;
  • l'employeur modifie unilatéralement les conditions de rémunération (2).
    Toutefois, si la modification ne s'est pas faite dans un sens défavorable au salarié, ou si elle porte sur une faible partie de la rémunération, il n'est pas certain que les juges requalifient la prise d'acte en licenciement sans cause réelle et sérieuse.
    En effet, au sujet d'une demande de résiliation judiciaire, les juges ont déjà estimé que seule une modification de la rémunération dans un sens défavorable au salarié ou d'une partie importante de la rémunération peut justifier une résiliation du contrat aux torts de l'employeur. Cette solution dégagée par les juges semble être transposable à la prise d'acte (3) ;
  • le salarié connait un appauvrissement de ses missions et responsabilités, quand bien même ceci a lieu en raison de la perte de 2 clients importants (4) ;
  • l'employeur ne respecte pas ses obligations de sécurité (5) ;
  • l'employeur ne respecte pas les règles sur le repos hebdomadaire (6) ;
  • l'employeur ne restitue pas au salarié ses outils de travail et lui supprime son bureau ainsi que les clés permettant d'accéder à l'entreprise après une période de suspension du contrat (7) ;
  • il n'est pas appliqué au salarié le bon statut conventionnel entraînant une incidence négative sur sa rémunération (8) ;
  • l'employeur ne rembourse pas les frais professionnels engagés par un salarié sur plusieurs années (9).

Le mot de l'auteur

Le 05/07/2024

Notre dossier complet vous donne toutes les clés pour bien gérer la prise d'acte de la rupture d'un contrat, faite par un de vos salariés. Cette situation s'avère complexe et souvent brusque pour un employeur. Découvrez ainsi comment réagir et quelles sont les conséquences sur votre entreprise (notamment financières).

Le 25/01/2023

La prise d'acte rompt immédiatement le contrat de travail. Si les faits qui vous sont reprochés sont avérés et suffisamment graves, les effets d'un licenciement sans cause réelle et sérieuse s'appliquent. Au contraire, si les juges considèrent que cette prise d'acte n'est pas justifiée, elle sera requalifiée en démission.

Le 08/07/2021

Une prise d'acte pour des faits de harcèlement n'est pas considérée comme justifiée lorsque les manquements de l'employeur sont anciens en matière de prévention du harcèlement, que les faits de harcèlement venant d'une collègue ont eu lieu deux ans avant la prise d'acte et que l'employeur avait à l'époque fait procéder à une enquête et sanctionné l'auteur (Cass. Soc., 19 juin 2019, n°17-31182).

illustration-question-juridique

Une question vous trotte dans la tête ?

Testez gratuitement notre abonnement en posant votre question
à nos juristes. On vous répond en moins de 24 h !
Nos juristes vous répondent
gratuitement en 24h !

Illustration avis

Ce que pensent nos clients :

4.5

Note moyenne sur 2 avis

  • le 21/04/2015

    Les réponses sont claires et synthétiques

  • le 24/08/2023

    Excellent produit conforme à mes attentes à tout point de vue !

Pour aller plus loin

Nos actualités en lien avec : "Prise d'acte : comment bien gérer la rupture du contrat de travail d'un salarié ?"

Par David Poroes Pereira le 04/07/2024 • 45067 vues

La loi protège les salariés qui occupent des fonctions représentatives : c'est pourquoi on parle de "salarié protégé". Néanmoins, ce n'est pas pour autant que votre contrat de travail ne...


Par Alice Lachaise le 27/06/2024 • 246202 vues

La prise d'acte de la rupture du contrat de travail est une forme de rupture du contrat de...


Par Caroline Audenaert Filliol le 22/05/2024 • 1975566 vues

Vous souhaitez rompre de manière anticipée le contrat à durée déterminée (CDD) de votre...


Par Farah Benhadda le 12/04/2024 • 66760 vues

Lorsqu'une rupture d'un contrat de travail à durée déterminé (CDD) se fait d'un commun...


illustration-rdv-avocat

Vous souhaitez consulter un avocat compétent en droit du travail proche de chez vous ?

Retrouvez les coordonnées d'avocats partout en France dans notre annuaire.

Appelez notre équipe au 01 75 75 42 33 pour vous faire accompagner (prix d'un appel local).


20 ans que l’on accompagne
les professionnels

Une équipe de 50 juristes
bac +5 et 700 avocats

Tous les droits adressés : droit social, droit fiscal, droit des sociétés...

+ 3 000 abonnés pros qui utilisent nos services

Ils partagent leurs expériences