Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x
photo de Yohann Mairey

Yohann Mairey, Juriste, a rédigé pour vous ce dossier :

Permis à points

Droit Routier, permis de conduire et automobile

Particulier

Rédigé par Yohann Mairey - Mis à jour le 04 Septembre 2019

Vous commettez une infraction au Code de la route, vous êtes alors passible d’un retrait de points sur votre permis de conduire. Pour autant vous ne vous estimez pas responsable de cette infraction et entendez contester, rassurez-vous des recours existent.

*Conformément aux dispositions du code de la consommation, on entend par professionnel : toute personne physique ou morale, publique ou privée, qui agit à des fins entrant dans le cadre de son activité commerciale, industrielle, artisanale, libérale ou agricole, y compris lorsqu'elle agit au nom ou pour le compte d'un autre professionnel.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Les notions clés abordées dans ce dossier

  • Permis de conduire
  • Permis à points
  • Invalidation du permis
  • Recours
  • Stage de sensibilisation
  • Récupération de points
  • Courrier de contestation
  • Contester un retrait de points
  • Notification du retrait de point

Plan détaillé du dossier

Nos dossiers sont composés de plusieurs questions essentielles. Il s'agit des questions les plus fréquemment posées sur le thème du dossier. Nos juristes répondent à ces questions de manière précise et succincte pour vous faciliter la compréhension du droit.

40 Questions Essentielles

  • I. L'information du retrait de points

  • Lors d’un contrôle routier l’agent de police m’a informé d’un retrait de point, mais le nombre de points retirés n’est pas inscrit sur le PV. Puis-je contester ce retrait ?

  • Je m’aperçois qu’il me manque des points sur mon permis de conduire mais je n’ai jamais reçu aucun courrier m’informant d’un quelconque retrait de point. Est-ce légal ?

  • J’ai été informé d’un retrait de point en lettre simple, puis-je contester ce retrait ?

  • Suite à une perte totale de mes points, la préfecture ne m’a envoyé aucun courrier m’informant de l’invalidation de mon permis. Est-ce que je peux toujours continuer à conduire ?

  • Suite à la perte totale de mes points, j’ai reçu un courrier m’informant de l’annulation de mon permis de conduire. Or, j’ai contesté ma dernière infraction, pour laquelle je n’ai toujours pas reçu de réponse. L’invalidation de mon permis est-elle valable ?

  • II. Contester un retrait de point

  • Suite à un retrait de permis, j’ai dû le repasser. Mon nouveau permis ne comporte que 6 points et non pas 12. Est-ce que je peux contester ce nombre ?

  • Lorsqu’il ne me restait plus que 6 points sur mon permis, je n’ai pas été informé de la possibilité de réaliser un stage de récupération de point. Est-ce que je peux contester les pertes de point suivantes ?

  • J’ai perdu 3 points d’un coup et j’ai reçu un courrier me demandant d’assister à un stage de récupération de points. Que se passe-t-il si je refuse d’y assister ?

  • Des points m’ont été retirés pour une infraction que je n’ai pas commise car j’avais prêté mon véhicule à une tierce personne. Comment puis-je contester ce retrait de points ?

  • Des points m’ont été retirés alors que j’ai obtenu mon permis avant la loi instituant le permis à points. Puis-je contester ce retrait sur ce fondement ?

  • Une infraction au Code de la route a été commise avec mon véhicule par une personne à qui je l’avais prêté. Que va-t-il se passer si je conteste le retrait de point, sans donner le nom du conducteur ?

  • Durant mes heures de conduite, mon moniteur auto-école fait ses courses personnelles, quels sont mes recours ?

  • Verbalisé pour excès de vitesse en me rendant chez un fournisseur, puis-je mettre la contravention à la charge de la société ?

  • Les plaques d’immatriculation de ma voiture ont été volées. Que dois-je faire ?

  • Je soupçonne une usurpation de mes plaques d’immatriculation car j’ai reçu des contraventions que je n’explique pas. Que faire ?

  • La préfecture refuse de procéder au changement de mon immatriculation au motif qu’il n’y a pas usurpation de mes plaques à ce jour. Est-ce normal ?

  • J’ai vendu mon véhicule mais je reçois de nombreuses contraventions car l’acheteur n’a pas changé le certificat d’immatriculation. Comment puis-je m’exonérer ?

  • J’aurais été flashé pour un excès de vitesse avec mon tracteur sur l’autoroute. Comment puis-je contester ?

  • J’ai reçu une contravention pour un véhicule qui correspond en tous points au mien. Seulement, je suis certain de ne pas être l’auteur de l’infraction. Que dois-je faire ?

  • Comment prouver que l’immatriculation de ma moto a été usurpée ?

  • J’ai signalé une usurpation de mes plaques d’immatriculation mais je continue à recevoir des contraventions. Que dois-je faire ?

  • Je me suis rendu au commissariat pour signaler l’usurpation de mon immatriculation mais l’officier de police refuse de recevoir ma plainte. Que puis-je faire ?

  • Comment contester l’annulation de mon permis de conduire pour des infractions dont je ne suis pas l’auteur ?

  • J’ai reçu une amende forfaitaire majorée pour une infraction que je n’ai pas pu commettre et sans avoir reçu au préalable la moindre contravention. Que faire ?

  • Puis-je contester une saisie sur mon salaire pour recouvrer des contraventions dont je ne suis pas l’auteur car mon immatriculation a été usurpée ?

  • Les conditions d’inscription dans une auto-école

  • La conduite accompagnée

  • Extrêmement mécontent de la qualité de l’enseignement de l’auto-école de mon enfant, ai-je un recours ?

  • Je me rends dans mon auto-école pour ma première leçon de conduite mais je trouve porte close, l’auto-école a fait faillite. Vais-je obtenir le remboursement de mon inscription ?

  • Mon moniteur auto-école refuse que je fasse la conduite supervisée, en a t-il le droit ?

  • Qu’est-ce que je risque si je détériore ma plaque d’immatriculation volontairement afin d’éviter de prendre un PV automatique ?

  • Je n’ai pas pu effectuer mes heures de conduite car je suis tombé malade, vais-je être remboursé pour les heures non effectuées ?

  • Je dois déménager, puis-je changer d’auto-école ?

  • Mon ancienne auto-école rechigne à me remettre mon dossier, puis-je l’y contraindre ?

  • Je n’ai pas été reçu à l’examen du permis de conduire, or je n’ai fait aucune faute, puis-je contester ?

  • L’auto-école tarde à me présenter à l’examen et m’impose de prendre des heures supplémentaires, puis-je contester cette méthode ?

  • J'envisage d'opter pour une auto-école en ligne, comment fonctionnent-elles? Est-ce que je peux faire confiance à ces plateformes?

  • Baisse de la vitesse maximale autorisée de 90 à 80 km/h : quelles sont les conséquences ?

Voir les autres questions essentielles


Ce dossier contient également

4 Modèle(s) de Lettre(s)

Gagnez du temps en utilisant nos modèles de lettre. Grâce aux commentaires et précisions de nos juristes, personnalisez votre modèle puis imprimez-le : c'est prêt !

  • Lettre de contestation pour le retrait de points sur le permis de conduire

  • Lettre de mise en demeure de restituer un dossier

  • Lettre de réclamation suite au comportement d’un moniteur auto-école

  • Lettre de réclamation suite à l’enseignement délivré par une auto-école


Ce que vous trouverez dans ce dossier

Dans quel cas utiliser ce dossier ?

Vous souhaitez connaitre les différentes façon d'être informé d'un retrait de points

Il existe plusieurs façons de vous informer d’un retrait de points à la suite d’une infraction. Lors de l’interpellation sur les lieux de l’infraction, l’agent de police ou de gendarmerie qui relève l’infraction doit impérativement vous notifier la perte de points auquel cas la voie de la contestation est ouverte.

Lorsque l’infraction a été constatée par un radar automatique, c’est l’administration qui est chargée de vous informer d’un retrait de point. Lorsque l’administration ne vous a pas informé du retrait de points vous pouvez contester ce retrait de points sur votre permis de conduire. 

Vous pouvez également prendre connaissance du nombre de points restant sur le permis de conduire en vous adressant à la Préfecture ou via internet.

Vous entendez contester un retrait de points

Vous avez prêté votre véhicule et la personne à commise une infraction? L’agent des forces de l’ordre ne vous a pas notifié le retrait de permis lors de l’interpellation ? Vous n’avez pas reçu de courrier de l’administration vous informant d’un retrait de point … ? Alors vous êtes en droit de contester !

Pour contester un retrait de points vous devez respecter une certaine procédure.

Envisagez également de suivre un stage de sensibilisation à la sécurité routière qui vous permet de récupérer des points sur votre permis de conduire.

En attendant, n’oubliez pas que rouler sans permis est puni par la loi d’une amende et/ou d’une peine d’emprisonnement.

Contenu du dossier :

Ce dossier comprend des informations relatives :

  • a l’information d’une perte de points sur le permis de conduire ;
  • a la contestation d’une perte de points sur le permis ;
  • a la contestation d’une infraction par une autre personne avec le véhicule qu’on lui a prêter ;
  • au stage de sensibilisation à la sécurité routière ;
  • a la nouvelle réglementation relative à la baisse de la vitesse maximale autorisée de 90 à 80 km/h.

La question du moment

Comment contester l’annulation de mon permis de conduire pour des infractions dont je ne suis pas l’auteur ?

Il arrive que l'usurpation des plaques d'immatriculation du propriétaire d'un véhicule entraîne l'annulation de son permis de conduire au vu des infractions successives commises. A ce titre, l'usurpateur encourt 7 ans d'emprisonnement et 30.000 euros d'amende, ainsi qu'une confiscation du véhicule, et une suspension ou annulation de son permis de conduire (1).

Dès lors que le permis de conduire présente un solde nul, le propriétaire de l'immatriculation concernée se voit notifier l'invalidation de son permis de conduire par lettre recommandée avec accusé de réception (LRAR). On parle communément de lettre « 48SI ». Ce courrier, adressé par le ministère de l'Intérieur, met en demeure son destinataire de procéder à la restitution de son permis de conduire sous 10 jours. Ce délai court à partir de la date de réception du courrier. La réception de ce courrier empêche le titulaire du permis de pouvoir effectuer un stage de récupération de points. Dès lors, le conducteur ne peut obtenir un nouveau permis de conduire qu'à l'expiration d'un délai de 6 mois (2).

Dans un premier temps, le propriétaire a tout intérêt à se rendre immédiatement à la préfecture de son domicile avec sa carte d'identité pour demander la communication d'un relevé d'information intégral. Ce document permet d'avoir le détail de toutes les infractions reprochées au titulaire du permis de conduire et les pertes de points successives y étant attachées.

Ainsi, le propriétaire du véhicule bénéficie d'éléments pour tenter de prouver qu'il n'a pu commettre ces infractions et qu'elles résultent d'une usurpation de ses plaques d'immatriculation. En ayant rassemblé un maximum de justificatifs concrets (photo du radar automatique, tickets de carte bleue, attestation employeur, témoignages,…) démontrant son innocence, le propriétaire de l'immatriculation doit alors aussitôt aller déposer plainte au commissariat ou à la gendarmerie pour usurpation de plaques minéralogiques.

Dans un second temps, la victime de l'usurpateur, munie de son dépôt de plainte, du relevé d'information intégral et de toutes ses pièces justificatives doit contester l'annulation de son permis de conduire pour solde de points nul. Dès lors, elle peut introduire un recours gracieux auprès du Ministère de l'Intérieur par envoi d'un courrier recommandé avec avis de réception dans un délai de 2 mois suivant la réception de la lettre 48SI.

La victime de l'usurpation peut également exercer un recours contentieux devant le tribunal administratif de Versailles, toujours par requête adressée en LRAR. En fonction des justificatifs fournis, le juge administratif pourra annuler l'invalidation du permis de conduire en raison d'une usurpation d'immatriculation constatée et le propriétaire pourra récupérer son permis.

Cependant, il faut noter que les recours administratifs ne sont pas suspensifs. Ainsi, pendant la procédure administrative, le permis de conduire reste invalidé et son propriétaire n'a plus le droit de conduire. A titre exceptionnel, il peut déposer une requête auprès du juge des référés pour conserver le droit de conduire son véhicule jusqu'à ce que la décision soit rendue.


N'attendez plus !Recevez gratuitement un extrait du dossier dans votre boite mail


Pourquoi choisir Juritravail ?

Rédigé par des juristes dans un language clair

Complet et mis à jour régulièrement

Téléchargement immédiat


Les dernières actualités sur cette thématique

Contrôle d'alcoolémie : sanction et réglementation sur le permis de conduire

Le code de la route encadre strictement le taux d’alcool admis dans le sang pour les conducteurs.

Voir +

Nouveau contrat auto-écoles : utilité et contenu

Depuis le 1er juin 2020, un nouveau contrat type doit être conclu entre les auto-écoles et les candidats au permis de conduire. Voici ce que vous devez savoir sur l'objet de ce nouveau contrat et son contenu. Tout savoir sur le permis de...

Voir +

La désignation du conducteur par les sociétés et les employeurs

Attention, la non-dénonciation du conducteur du véhicule d'entreprise peut coûter cher....

Voir +

Les autres dossiers sur le même thème