Accueil » Droit du Travail Salarié » Temps de Travail » Forum

Forum Droit du Travail Salarié

Forum Temps de Travail

Vous avez une question ? Posez-la sur notre forum juridique


[Résolu] Situation d’extrême urgence portant atteinte à la sécurité des biens et des personnes

Visiteur

Le 20-01-2023 à 10:34

Bonjour,

Je suis assistant d'éducation et de vie scolaire dans un établissement d'enseignement agricole privé.Je dépend de la convention collective suivante : convention collective nationale DES SALARIES DES ETABLISSEMENTS D’ENSEIGNEMENT ET ORGANISMES DE FORMATION AUX METIERS DU TERRITOIRE.

J'aurai souhaité avoir de l'aide pour l'interprétation d'un article de cette convention collective
voici l'article en question:

Article 17.3

17.3 MODIFICATION DU PIV ET/OU DU PLANNING PREVISIONNEL

En cas de modification du PIV et ou du planning, quelle qu’en soit la nature et l'ampleur, un délai de prévenance de 10 jours calendaires avant la date d'entrée en vigueur de la modification devra être respecté.

Aucun délai de prévenance ne s'appliquera dans les situations d’extrême urgence portant atteinte à la sécurité des biens et des personnes. Le refus du salarié ne pourra être motivé que par un risque réel pour lui, ses proches ou ses biens.

Une information récapitulative sera faite au CSE dans le cadre des consultations annuelles obligatoires.

Dans les autres cas, le délai de prévenance ne pourra être réduit qu’avec l’accord express du salarié. La modification des plannings prévisionnels fera ensuite l'objet d'un document écrit remis au salarié.


Question : Est ce que l’absence d’un collègue relève d’une situation d’extrême urgence portant atteinte à la sécurité des biens et des personnes si ce collègue était sensé surveiller un groupe d’élèves.

L’employeur peut il le cas échéant m’obliger à effectuer le remplacement sans délai de prévenance?

D'avance merci. 


 


Répondre au sujet

Attention : Les réponses apportées ci-dessous peuvent être juridiquement erronées.
Nous vous invitons pour toute question pouvant avoir des répercutions à consulter un Avocat.

Répondre Répondre

  • Membre

    Le 20-01-2023 à 11:27

      + 1000 messages


    Bonjour,
    Cela dépend de la situation. Est-ce que les élèves sont en danger ou non ? Ce n'est pas la même chose s'il s'agit de laisser des élèves de 16 ans sans problèmes particuliers de changer seuls de classe à l'intercours, ou d'abandonner à leur sort des élèves handicapés alors qu'il y a un incencie à proximité.
    Pour moi, extrême urgence implique un péril grave et imminent : une urgence médicale, un incendie, un ordre d'évacuation de la part des autorités...
    Pour moi, l'absence d'un collègue n'entre dans cette catégorie que si elle implique la mise en danger imminente des élèves.
    A noter que si l'on vous contacte pendant vos congés ou vos heures de repos, vous n'êtes pas tenu de répondre. Vous ne devez rester disponible que pendant vos heures de travail et vos astreintes rémunérées. En-dehors de ces périodes, vous pouvez éteindre votre appareil professionnel.
    Moderateur

    Le 20-01-2023 à 19:19

    Bonjour Isadore 

    La phrase suivante est curieusement tournée  : "  Aucun délai de prévenance ne s'appliquera dans les situations d?extrême urgence portant atteinte à la sécurité des biens et des personnes. Le refus du salarié ne pourra être motivé que par un risque réel pour lui, ses proches ou ses biens."

    Je me demande ce qu'ils veulent dire par un risque réel ? un attentat dans l'école ? une prise d'otages ? 
    Membre

    Le 20-01-2023 à 21:07

    J'ai pensé au cas où le salarié et sa famillle seraient exposé au même danger. C'est un milieu où il y a souvent des salariés logés dans l'établissement, pour y faire des astreintes (comme dans le public).
    Ou alors les rédacteurs ont pensé au cas où le salarié vit non loin de son lieu de travail, et où il y a une menace de grande ampleur : accident industriel, catastrophe naturelle...
    C'est un peu une redite par rapport à la loi. Peut-être qu'une partie des rédacteurs vient de zones cycloniques (on en a Outre-mer), ou a été marqué par une grave catastrophe ?
    Membre

    Le 20-01-2023 à 22:16

    Bonjour Isadore,
    Merci d'avoir pris le temps de me lire et de me répondre. 
    Je suis tout a fait d'accord avec votre raisonnement mais mon employeur joue sur cette ambiguïté pour nous imposer des changements d'emplois du temps sans délai de prévenance.
    Une convention collective étant sensée être plus avantageuse que le code du travail ( qui prévoit un délai minimum de 24h il me semble), dans mon cas il n'y a même plus de délai !
    Je vais demander à ce que ce point soit éclairci à la prochaine réunion CSE.
    0
    + -
  • Membre

    Le 20-01-2023 à 22:19

      < 10 messages


    Bonjour Milou27,

    Merci à vous également. Je pense en effet que les cas d'extrême urgences s'apparentent à ce que vous décrivez ( attentats, catastrophes industrielles... Etc). Mais comme je l'explique plus haut, mon employeur joue sur ce manque de précision. 
    Membre

    Le 21-01-2023 à 08:45

    Si pour votre employeur la simple absence d'un surveillant est une situation "d'extrême urgence"... Soit vous inventez de votre côté une excuse à propos d'un péril grave et imminent pour vos proches (votre belle-mère malade qui a besoin que quelqu'un reste à ses côtés, vos jeunes neveux à garder...), soit vous faites en sorte de ne pas être joignable par votre employeur pendant vos congés et temps de repos.
    0
    + -
  • Vous cherchez un avocat en Droit du Travail pour défendre vos droits ? Faites-vous recontacter par 3 avocats et choisissez celui qui vous convient le mieux ! Envoyez une demande de contact aux avocats en Droit du Travail près de chez vous exerçant en Droit du Travail en quelques secondes, ou appelez le 01 75 75 70 70 du lundi au vendredi de 9h30 à 18h.
  • Membre

    Le 21-01-2023 à 10:58

      < 10 messages


    Bonjour Isadore, C’est une solution en effet. La situation est d’autant plus difficile à accepter que depuis le passage à la nouvelle convention collective, nous n’avons plus aucune majoration de salaire en cas de modification de planning en deçà d’un certain délai de prévenance. Une convention collective étant sensé être plus avantageuse. Aujourd’hui le fait que mon employeur agisse de la sorte, ne nous garanti même plus le minimum de droit garanti par le code du travail.
    Membre

    Le 21-01-2023 à 11:00

    Sensée* Droits* Garantis*
    0
    + -

Répondre au sujet

Pour commenter cet article, veuillez vous connecter ou compléter le formulaire ci-dessous :





Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet


Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

A voir également

Vous avez besoin d'un conseil d'avocat pour Temps de Travail ?

3 avocats vous proposent, sous 48h, un RDV en cabinet

Envoyer votre demande

Retour en haut de la page