Accueil » Droit des Assurances » Assurance : les Recours Amiables » Forum

Forum Assurance : les Recours Amiables

Vous avez une question ? Posez-la sur notre forum juridique


Accident responsable de la route voiture récente, défaut de conseil

Visiteur

Le 04-08-2018 à 21:20

visitor.pngVisiteur

Jen3412018-08-04 21:20:04

Bonjour,
J'ai eu un accident responsable de la route en juin dernier.
Avec ma nouvelle voiture une 208 de 2016 avec seulement 20 000 KM.
Je m'en sors aujourd'hui avec 6000 de réparation et un crédit de 7000 encore à rembourser.
Jeune de 22 ans et surtotut bête j'ai reconduit mon ancienne assurance que j'avais sur ma [marque x]. C'est à dire que j'ai ressigné un nouveau contrat après réception des devis et opté pour la même formule appelé "ESSENTIEL" et qui est un tier amélioré.
Avant de casser ma voiture 208 je ne connaissai pas la diférence entre tiers et tout risque, je vous assure que c'est vrai (et malheureux aujourd'hui).
Mes parents n'ont jamais eu de "belle" ou de voiture "neuve".
J'ai donc opté pour la même formule.
J'ai envoyé 2 courriers de réclamation / contestation à mon assureur pour lui dire qu'un conseiller aurait du m'expliquer, me dissuader, car si j'avais su la différence bien sur que j'aurai opté pour le tout risque. Il ne veut rien entendre et me dit qu'il a envoyé un DEVIS et que ca aurait du suffit à prendre ma décision. OR un devis fait bien partie du deuxième devoir de l'assureur: devoir de CONSEIL, n'est ce pas... ? On ignore lorsque je parle du devoir d'information. Aidez moi svp je suis perdue et en même temps en colère.. Je ne sais pas si je dois faire appel à un avocat ou pas ??
Voici sa réponse à mon assureur pour que vous compreniez bien :
"Vous évoquez dans cette correspondance un défaut de conseil de la part de[de votre assurance], à
l'origine du préjudice dont vous êtes victime consécutivement à un accident de la circulation.
Vous estimez en effet que lors de l'assurance du véhicule Peugeot 208, le conseiller aurait dû,
outre la remise des devis établis dans deux formules de notre contrat VAM (Essentiel et
Différence), orienter votre choix et vous inciter à opter pour la formule Différence, et ce en
raison de l'année de mise en circulation dudit véhicule et du kilométrage.
Certes, mais à l'inverse, il est également possible de considérer que la lecture des deux devis
que vous avez reçus, permettait de se convaincre que la formule Essentiel, que vous
connaissiez puisque vous l'aviez souscrite par votre précédent véhicule, ne comportait qu'une
garantie « dommages » limitée à des événements énumérés, tandis que la formule Différence
offrait une garantie « dommages » beaucoup plus étendue.
A cela s'ajoute l'écart de tarification entre les deux formules qui est un élément déterminant
quant à la nature des garanties proposées.
Par conséquent, je suis ne suis pas en mesure de revenir sur la position initialement prise"
Merci pour vos réponses

Répondre au sujet

Attention : Les réponses apportées ci-dessous peuvent être juridiquement erronées.
Nous vous invitons pour toute question pouvant avoir des répercutions à consulter un Avocat.

Répondre Répondre

  • Visiteur

    Le 04-08-2018 à 21:27

      visiteur


    Pou correction : un devis fait bien partie du deuxième devoir de l'assureur: devoir d'INFORMATION * et non de conseil justement. C'est ce que j'essaie de leur faire comprendre sans qu'ils n'y prêtent attention.
    Membre

    Le 06-08-2018 à 07:56

    L'assurance "au tiers" est une assurance de responsabilité civile donc qui ne couvre que les dommages causés aux autres personnes et à leurs biens. Ce qu'on entend par "autres personnes" ce sont toutes les personnes qui ne sont pas des membres de votre famille (parents, grands-parents, arrières-grands-parents, frères, soeurs, oncles, tantes, neveux, nièces, cousins-cousines) ainsi que les personnes avec qui vous avez un lien de travail (employeur, employés, salariés, etc.) dit "lien d'autorité". En conséquence, les dommages causés à votre propre véhicules ne sont pas garantis et, si vous avez souscrit un crédit pour acheter une voiture, vous devez continuer à assuler votre crédit même si la voiture est partie à la casse.

    Par contre, vérifiez sur votre contrat de crédit si une assurance n'a pas été souscrite en même temps et quel type d'assurance ? ce qu'elle couvre ? etc. Votre avocat spécialisé saura vous aider dans cet imbriglio administratif. 
    0
    + -
  • Moderateur

    Le 06-08-2018 à 08:55

      + 1000 messages


    Bonjour.

    Vous le dites vous même: "j'ai reconduit l'assurance que j'avais".

    Je ne vois pas en quoi votre assureur serait responsable de votre choix.
    Visiteur

    Le 16-08-2018 à 18:37

    Bonjour et merci pour vos reponses.
    Merci pour la définition du tiers je la connais depuis l'accident.

    J'ai choisi ce premier choix mais la première fois je ne connaissais pas non plus la difference. Reconduire mon assurance (avec un tout autre contrat) je ne vois pas en quoi cela fait partie du  devoir de conseil de la part du conseiller. On n'y est toujours pas... Je ne vois aucun rapport entre cela et mon premier et second vehicule sont l'opposé. Rien ne m'a jamais été conseillé
    Membre

    Le 17-08-2018 à 06:35

    Voyez un avocat spécialisé mai je puis vous dire ceci :
    vous ne pouviez pas ignorer les limites de garantie de votre contrat puisque, avant de le signer, vous êtes sensé le lire entièrement quitte à vous faire expliquer par votre assureur, tout ce qui peut vous sembler difficile à comprendre.
    0
    + -

Répondre au sujet

Pour commenter cet article, veuillez vous connecter ou compléter le formulaire ci-dessous :





Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet


Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

A voir également

Retour en haut de la page


Retour au dossier : Assurance : les Recours Amiables